OPINION | Les travaux pour l’assainissement des eaux usées à Longue-Rive

Par Shirley Kennedy 11:00 AM - 21 septembre 2022
Temps de lecture :

Ce commentaire n’est pas une critique mais une constatation. Deux ans passés dans le sable, la poussière, le bruit, la senteur du gaz et le dynamitage. Tout ça pour ça.

Je ne vois pas d’amélioration dans le village sauf l’asphalte et les bordures de ciment. On devait s`obstiner avec les chapeaux blancs pour faire respecter nos droits les plus élémentaires. C’était assez pénible.
Chaque propriétaire concerné devait être rencontré mais je n’ai jamais vu personne sauf quelqu’un qui a pris des photos de la maison et de la cheminée pour protéger la compagnie.

Voici un extrait du texte que nous avions reçu de la municipalité : « Dès le 13 mai, des représentants de la municipalité visiteront chacun des propriétaires des secteurs concernés afin de discuter des particularités touchant leurs propriétés et répondre à leurs questions. Ils compléteront également une fiche technique dans laquelle il sera inscrit la localisation des services d’aqueduc, des connecteurs d’égout sanitaire et pluvial ainsi que la localisation des accès à votre terrain ( bordure de béton et entrée charretière) ».

Voici ce qui a été amélioré sur notre terrain :

1- D’abord, un contremaître borné voulait jeter notre mur et nos colonnes de pierre. Heureusement, un employé a décidé lui-même de les placer sur des palettes et c’est le sous-traitant pour la pelouse qui l’a très bien refait d’après des photos.

2 – Ils ont enlevé une partie de la clôture pour pouvoir circuler. J’ai brisé mon pare-choc sur un muret et pour la clôture, c’est un employé municipal qui est venu m’aider à la replacer de façon temporaire avant l’hiver (elle est encore temporaire).

3 – En découpant l’entrée d’asphalte, ils ont coupé les bordures de ciment de chaque côté et ils ne les ont pas réparées.

4 – J’ai demandé à un contremaître : « savez-vous où est le tuyau pour brancher l’eau? » Il dit : « Madame, laissez-nous travailler, on sait ce qu’on doit faire. » Heureusement, que je suis sortie plus tard, car ils auraient enlevé l’asphalte au complet et ils ne l’auraient pas trouvé.

5 – Pour la pelouse, ils ont apporté de l’argile et du sable à fourmis plein de racines et de grosses roches. Je leur ai demandé d’enlever les racines et les roches. De plus, ils n’ont pas assez tassé les rouleaux et les joints sont trop larges.

6 – Du côté est, ils ont laissé de grosses roches qui devaient aller dans le canal. Le terrain a l’air d’un champ abandonné, car je dois contourner cette partie du terrain pour tondre la pelouse. Ils devaient nettoyer et faire la pelouse avant octobre 2021.

7- Finalement, sur l’autre terrain en face, je leur avais dit qu’il n’y avait jamais eu de pelouse, mais seulement du gravier dans la montée. Le contremaître a décidé de mettre de la pelouse, pas de gravier et le résultat : du grand foin jaune. Il n’y a jamais eu d’eau et d’égout sur ce terrain. Ils ont mis un tuyau pour l’égout et je devrai payer plus pour les taxes.

8 – Nous avons investi pour une fosse septique, un champ d’épuration sans compter les vidanges de la fosse. De 2010 à 2020, j’ai compté que nous avons payé 4 000 S en plus des taxes pour les règlements d’emprunt qui ont été faits pour les travaux. Maintenant, nous devons réinvestir et payer beaucoup plus cher pour fournir un service à certains qui n’ont jamais rien investi. Pas besoin d’être comptable pour savoir qu’en 40 ans et plus, ils ont économisé et pollué beaucoup.

9 – Il y a eu un manque de planification et de communication. Ce n’est pas normal que les citoyens soient obligés de détruire ce qui a été fait pour se brancher. Ils ont mis les tuyaux mais la station d’épuration n’était pas fonctionnelle.

10 – Est-ce une compagnie de broche à foin ou des contremaîtres incompétents? Les employés ont fait leur possible pour bien faire leur travail et nous aider, mais souvent ceux qui portent des chapeaux blancs, c’est trop serré sur leur tête.

11 – Le dernier point mais non le moindre, ce sont ceux que j’appelle les photographes de S.N.C. Lavalin. C’était supposément les surveillants du chantier. On faisait appel à eux, mais ils ne pouvaient rien faire sauf prendre des photos. Les photos servent pour protéger qui? Au prix qu’ils ont demandé, les citoyens devraient en recevoir des copies.

En conclusion, les citoyens les plus satisfaits sont probablement ceux qui n’ont jamais eu d’asphalte ou de gravier ou de pelouse et par quelque stratagème en ont maintenant aux frais des citoyens.

Lorraine Jourdain
Longue-Rive

Partager cet article