Une première professeure de l’antenne universitaire s’installe à Baie-Comeau

Par Charlotte Paquet 1:09 PM - 07 octobre 2022
Temps de lecture :

Lucie Gélineau est la première professeure de la nouvelle antenne universitaire de l’Université du Québec à Rimouski à s’installer à Baie-Comeau. Elle doit développer le baccalauréat en travail social.

Une première professeure-chercheure s’installe à Baie-Comeau pour œuvrer au sein de l’antenne universitaire de l’Université du Québec à Rimouski (UQAR). Le mandat de Lucie Gélineau est de développer le programme du baccalauréat en travail social.

Bien que l’UQAR soit présente chez nous depuis une cinquantaine d’années, Mme Gélineau est la première professeure à y élire domicile. « On devrait être quatre d’ici deux ou trois ans. C’est ça qui est l’objectif dans différentes disciplines confondues pour vraiment créer cette antenne-là. L’idée, c’est de développer petit peu à petit peu. »

Celle qui a participé au développement du bac en travail social au campus de l’UQAR à Lévis s’amène avec son expertise et sa volonté pour le lancer à Baie-Comeau avec la réalité du milieu. « Je suis une développeuse », lance la dame.

D’ailleurs, elle aime tellement paver la voie qu’elle a elle-même offert sa disponibilité pour œuvrer à l’implantation du programme à Baie-Comeau. « C’est la première fois, j’ai l’impression, que j’ai la possibilité de choisir un lieu de vie », indique-t-elle.

La prochaine année

Au cours de la prochaine année, Lucie Gélineau aura à s’asseoir avec les partenaires du milieu et des étudiants pour connaître les besoins et définir la forme que prendra le programme. « Je suis un peu comme le levain dans le pain pour que ce projet-là passe d’une idée à une réalité. »

Un des buts de l’antenne est d’assurer une continuité dans l’éducation supérieure des jeunes de façon à leur permettre de demeurer en région au moins pour le premier cycle de leur formation. Universitaire. Cela devrait être possible à compter de 2024.

D’ici à ce que le bac soit en place et qu’elle puisse transmettre son savoir à des étudiants à Baie-Comeau, la professeure enseigne deux cours par semestre à la maîtrise en travail social à l’UQAR et fait de la recherche, notamment à titre de directrice du Collectif de recherche participative sur la pauvreté en milieu rural.

Un défi professionnel

C’est d’abord le défi professionnel qui a amené Mme Gélineau chez nous. « Je suis plus en fin de carrière, on ne se le cachera pas. Il me reste encore quelques belles années devant moi », assure celle qui dit avoir la mission des universités du Québec tatouée sur le cœur, mission qui consiste à rendre accessible l’éducation supérieure dans toutes les régions du Québec.

Quand le projet de mise en place d’une antenne universitaire à Baie-Comeau est arrivé sur sa table à dessin, Lucie Gélineau a eu un déclic. « J’étais une de celles dans l’équipe (de travail social de l’UQAR) qui était particulièrement bien placée pour développer un programme où il y aurait ces échanges-là avec le milieu pour asseoir quelque chose qui répond autant que possible aux besoins du milieu et à nos réalités. »

Après avoir soumis l’idée à son conjoint, le couple a décidé de se lancer dans l’aventure. « C’est un projet de couple », souligne celle qui se dit emballée par ce qu’elle découvre de la région jour après jour. « Je dis souvent que la Côte-Nord, c’est le secret le mieux gardé du Québec », ajoute l’amateur de plein air et de saison froide qui a d’ailleurs séjourné à Baie-Comeau en plein mois de janvier afin de s’imprégner des hivers qui l’attendent.

Partager cet article