Spectaculaire envolée son et lumière au Massif de Charlevoix dès juin 2023

Par Émélie Bernier 5:00 AM - 02 novembre 2022 Initiative de journalisme local
Temps de lecture :

Le Massif de Charlevoix investira environ 10 M$ sur trois ans afin de se doter d’une attraction estivale et automnale unique, Le vol de l’oiseau mécanique.  La nature tiendra le premier rôle de cette expérience son et lumière pour laquelle une équipe créative de haut calibre est à pied d’œuvre depuis plus d’un an déjà.

Cette équipe, regroupée sous le vocable d’Atelier Occhio, est composée de quatre complices de longue date à la feuille de route bien garnie. Stéphane Mongeau, Yves Aucoin, Martin Labrecque et Olivier Kemeid travaillent de concert avec le producteur exécutif Daniel Gélinas, affilié au Massif, à fomenter ce projet d’envergure.

Tous sont emballés par le défi qui s’articule autour de deux remontées mécaniques quadruples entre la base et le sommet et prendra la forme d’un parcours immersif accessible la nuit tombée.

«Il y a des enjeux, des défis et ce qui me motive, c’est les défis », commente M. Gélinas.  « Au départ, comment on peut meubler un territoire aussi grand,  de deux fois 2,4 km ? Comment meubler le grandiose? Prendre quelque chose qu’on peut considérer presque impossible et le mener à quelque chose de réalisable, c’est ce que j’aime!»  

Daniel Gauthier, président du conseil d’administration de Groupe Le Massif; Martin Labrecque, directeur de création et concepteur lumière; Daniel Gelinas, producteur exécutif; Stéphane Mongeau, producteur exécutif; Yves Aucoin, directeur de création et concepteur lumière et Olivier Kemeid, auteur et metteur en scène.

Les expériences son et lumière essaiment au Québec depuis quelques années, qu’on pense à Cité Mémoire, dont la version malbéenne verra le jour l’été prochain,  aux parcours Foresta Lumina au parc de la gorge de Coaticook ou Nova Lumina à Chandler entre autres. En quoi Le vol de l’oiseau mécanique se distinguera-t-il de ces propositions?

Les spectateurs se déplaceront à bord des remontées mécaniques quadruples autour desquelles se déploiera l’expérience sonore et lumineuse.

En guise de réponse, le metteur en scène et dramaturge Olivier Kemeid pointe le paysage, vertigineux, qui se déploie tout autour d’une des deux remontées quadruples qui serviront de « véhicules » aux spectateurs. «  C’est un privilège incroyable d’avoir un des plus beaux décors qu’on puisse imaginer. Ça nous plonge dans l’enfance ! Quel terrain de jeux de malade! », s’emballe-t-il.

Les visiteurs pourront accéder au parcours tant à partir du sommet que de la base. « On veut plonger les spectateurs dans une ambiance nocturne hallucinante! Il y a plein de monde qui n’a jamais pris de remontées mécaniques, surtout en descendant une montagne et dans le noir encore moins », lance M. Kemeid.

Deux ambiances distinctes seront proposées, l’une dans la descente et l’autre dans la montée.

« Là où on met le paquet dans la descente, c’est sur l’ambiance sonore. On amplifie les sons de nature, on crée d’autres sons, on ne va pas travailler l’effroi, mais une petite tension, une présence, avec des haut-parleurs quadriphoniques à des endroits très précis.  L’expérience davantage visuelle accompagnera la montée, avec des projections, mais on laisse la place à la nature. Il n’y aura pas de fumigène, pas de cacophonie», résume celui qui est également directeur artistique du Théâtre de Quat’sous.

L’idéation et la création sont en voie d’être achevées, expliquent les créateurs. Le montage débutera en mai dès que la fonte des neiges le permettra pour une mise en opération le 23 juin. Philippe Brault signera la trame sonore de cette expérience multimédia alors que Jacques Boucher signera l’environnement sonore.  

Daniel Gauthier,  fondateur et président de Groupe Le Massif de Charlevoix, est pour sa part enchanté de voir ce projet qui jouera un rôle important dans l’opération quatre-saisons et la vocation familiale de la station prendre forme. « C’est le début de quelque chose qui va grandir!»

Le  Massif de Charlevoix, Tourisme Charlevoix (250 000$), le Secrétariat à la Capitale-Nationale et Destination Québec Cité contribuent financièrement au projet.

La ministre du Tourisme Caroline Proulx, a confirmé l’attribution d’une aide financière de 1 511 200 $ au Groupe Le Massif pour la réalisation de ce projet d’envergure qu’on estime en mesure d’attirer entre 70 000 et 100 000 visiteurs par an.

Les billets pour Le vol de l’oiseau mécanique sont en vente dès maintenant sur le site web du Massif de Charlevoix au tarif de 38$ par adulte, 27, 50$ par adolescent et 18, 25$ par enfant (l’activité est gratuite pour les 6 ans et moins).

Partager cet article