Les sciences sont populaires auprès des filles du Centre de services scolaire de l’Estuaire

Par Johannie Gaudreault 4:34 PM - 08 novembre 2022
Temps de lecture :

Un total de 90 élèves féminines du Centre de services scolaire de l’Estuaire ont pris part à l’activité « Les filles et les sciences, un duo électrisant ». Photo : Courtoisie

Quelque 90 élèves féminines du Centre de services scolaire de l’Estuaire (CSSE) ont vécu une expérience enrichissante, le 5 novembre, à l’occasion de la 22e édition de l’activité « Les filles et les sciences, un duo électrisant » présentée à l’Université Laval.

Avec une délégation composée de 58 élèves de la polyvalente des Berges, deux élèves de l’école Notre-Dame-du-Sacré-Cœur et 30 représentantes de la polyvalente des Baies, le CSSE était représenté par 60 % des 150 adolescentes inscrites à cette activité.

Destinée aux adolescentes de deuxième à quatrième secondaire, cette activité vise à faire connaître aux participantes la nature, mais aussi la variété des professions scientifiques et technologiques qui s’offrent à elles à l’aide, notamment, d’activités de groupe, de démonstrations animées et d’ateliers.

« Ce rendez-vous représente également une opportunité pour les participantes d’échanger avec des femmes qui exercent un métier dans les industries des sciences et des technologies, afin de mieux s’imaginer la différence qu’elles pourront apporter dans le monde par le biais de ces professions », décrit la régisseuse aux communications au CSSE, Patricia Lavoie.

Une programmation variée et enrichissante

Encore cette année, une séance de zumba a marqué le lancement des activités après quoi les élèves ont pris part à des ateliers portant sur différentes sphères de la science comme la science de l’eau, la création d’un vaccin et la programmation pour ne donner que quelques exemples.

Pendant la pause du dîner, elles ont pu assister au toujours très impressionnant spectacle du pédagogue scientifique Yannick Bergeron. L’après-midi a par la suite donné lieu à l’un des moments forts de la journée, soit la « Zone Découverte », qui offre aux participantes l’opportunité de se familiariser avec diverses formations universitaires, professionnelles et techniques menant à une carrière en sciences ou en technologies.

Une activité créative a finalement permis de compléter cette journée bien remplie, alors que les participantes devaient tenter de créer un prototype de maison flottante pouvant contenir une famille et supporter des vagues, le tout à l’aide de carton, de plastique, de bois et de pailles.

Désireuses de maximiser ce déplacement, les étudiantes de la Haute-Côte-Nord se sont également rendues, la veille de l’événement, au Bunker de la science, à Lévis, pour y vivre deux activités d’immersion dans un monde apocalyptique où la chimie et la physique peuvent aider à la survie de l’humanité.

De leur côté, les représentantes de la Polyvalente des Baies ont visité le Musée de la Civilisation et le quartier historique du Vieux Québec.

Pour les accompagnatrices des élèves nord-côtières, la participation à cet événement à caractère scientifique s’est avérée un véritable succès.

« C’est un réel bonheur et une grande fierté d’avoir pu amener autant de filles à vivre cette expérience des plus enrichissantes », souligne l’une des accompagnatrices du groupe de la Haute-Côte-Nord, l’enseignante Nathalie Valcourt, qui qualifie l’expérience de succès sur toute la ligne.

Même son de cloche du côté de la polyvalente des Baies, qui a dû faire une sélection, alors que plus de 100 élèves avaient manifesté l’intérêt de prendre part à ce voyage.

L’une des accompagnatrices du groupe, la technicienne en loisirs Gabrielle Beaulieu, se réjouit d’ailleurs du grand intérêt des participantes qui, au terme de cette expérience nouvelle, ont signifié leur volonté de voir des activités de loisirs scientifiques être proposées à leur école parmi l’offre d’activités parascolaires.

Partager cet article