Les Chambres de commerce réagissent à la grève des employés des traversiers

Par Karianne Nepton-Philippe 5:02 PM - 12 juin 2024 Initiative de journalisme local
Temps de lecture :

150 employés des traverses seront en grève les 21 et 22 juin. Photo archives

« Il n’est pas acceptable en 2024 de tenir une région en otage lors de négociations », déclare John-James Blanchette, directeur général de a Chambre de commerce de Sept-Îles Uashat Mak Mani-Utenam (CCSIUM).

L’organisation, tout comme La Chambre de commerce et d’industrie de Manicouagan (CCIM) et Tourisme Côte-Nord, exprime certaines préoccupations quant aux impacts engendrés par les moyens de pression exercés dans le cadre des négociations entre la Société des Traversiers du Québec (STQ) et ses employés des traversiers.

« Entendez-nous bien, nous considérons que c’est la responsabilité de l’employeur et du syndicat d’arriver à une entente, et que les deux sont responsables de la menace qui pèse sur la Côte-Nord », poursuit M. Blanchette.

Pour sa part, Antonio Hortas, coprésident de la CCIM, souhaite « sensibiliser les parties à considérer le maintien du service comme une priorité absolue dans la saison la plus achalandée de l’année ».

« La pression ne sera pas mise sur le gouvernement lors des arrêts prévus par le syndicat, mais sur les entreprises, les touristes et l’économie de notre région. Il y a aussi un impact non négligeable sur l’image que nous projetons sur la scène nationale », ajoute John-James Blanchette.

Pour en savoir plus :

Partager cet article