104 ans pour madame Fernande Boulianne 

Par Shirley Kennedy 8:00 AM - 23 juin 2024
Temps de lecture :

Conrad Morel le conjoint de Lise Boulianne, nièce de la centenaire et sa sœur Berthe-Hélène Boulianne, les arrière-petites-nièces de madame Fernande, Juliette et Lori Turgeon, Lise Bouliannne et Élizabeth Boulianne en Facetime. La quatrième génération visite encore régulièrement madame Boulianne et lui prodigue beaucoup d’affection selon sa nièce Berthe-Hélène. Photo courtoisie

C’est au CHSLD des Bergeronnes où elle réside depuis une vingtaine d’années que madame Fernande Boulianne a célébré son 104e anniversaire de naissance le 7 juin. Sa nièce Berthe-Hélène Boulianne, résume l’état d’esprit de sa chère tante et son parcours. 

Originaire de Tadoussac, elle est ensuite déménagée à Sacré-Cœur lors de la vente de la ferme familiale qui a fièrement desservi le village en produits laitiers et en légumes depuis l’arrivée de Damasse Boulianne en 1890. 

Décrite par sa nièce comme une petite femme frêle, elle a travaillé activement toute sa vie active sur la ferme en compagnie de ses frères et de sa belle-sœur. 

« Son état s’est détérioré durant la dernière année, mais son corps résiste au temps. À 101 ans, elle s’est cassé une hanche ce qui a nécessité une intervention chirurgicale ; trois semaines plus tard, elle marchait de nouveau », raconte-t-elle.

Berthe-Hélène ajoute que sa tante adore lorsqu’on lui rappelle sa vie sur la ferme avec toute sa famille et même à 104 ans, elle se dit heureuse et toujours contente d’avoir des nouvelles des membres de la famille. Lorsqu’on lui parle de son travail sur la ferme, elle dit qu’elle a beaucoup travaillé, mais qu’elle était heureuse de sa vie.

Le vendredi 7 juin, neveu et nièces se sont rassemblés autour d’elle pour célébrer son anniversaire ; un zoom a permis à d’autres membres de la famille d’exprimer leurs vœux de fête.

« Lorsqu’on lui demande si elle est fière d’avoir 104 ans, elle répond : “Non… 100 ans, ce serait assez…”. Mais il faut bien l’accepter, lui rétorque-t-on. Ce à quoi elle répond : “Eh oui ! Je dois l’accepter”. 

Pour la famille de Fernande Boulianne, elle n’est pas seulement la doyenne des Bergeronnes puisqu’elle y réside, mais également celle de Sacré-Cœur puisqu’elle y a habité, et aussi la doyenne de Tadoussac, son village natal et l’endroit où elle a passé la plus grande partie de sa vie.  

Partager cet article