Baie-Comeau : une découverte après plus de 55 ans 

Par Anne-Sophie Paquet-T. 6:00 AM - 24 juin 2024
Temps de lecture :

Le plongeur Jean-Yves Forest a fait la découverte de l’avion disparu dans les eaux du lac Malfait en 1967 à 138 pieds de profondeur. Photo Jean-Yves Forest

Jean-Yves Forest est un passionné de plongée sous-marine. Il explore les fonds marins pour s’y détendre, pour admirer leur beauté et également pour partir à la recherche de quelques histoires inexpliquées de la région. Grâce à lui, le 5 juillet 2023, un de ces mystères a été résolu. 

Depuis 2015, le plongeur baie-comois avait une mission lorsqu’il se rendait dans le sombre lac Malfait : trouver l’épave de l’avion d’Air Service qui s’est écrasé en 1957.

Son objectif s’est réalisé l’an dernier lorsqu’il a enfin fait cette découverte, 57 ans après le drame. 

M. Forest n’est pas le seul à avoir tenté de retrouver cet appareil toutes ces années. Plusieurs ont parcouru les eaux en bateau, d’autres ont plongé et même qu’une voyante aurait fait ses prédictions à l’endroit précis où M. Forest a trouvé l’engin, divulgue-t-il.

Ce ne fut pas une mince affaire pour y arriver. Jean-Yves Forest, qui détient 29 ans d’expérience, a dû faire face à plusieurs défis. La noirceur du lac, la boussole qui ne fonctionne pas, le sonar qui n’a pas toujours voulu collaborer dans ce secteur… Bref, la patience et la persévérance ont dû prédominer dans cette mission.

D’ailleurs, c’est après avoir étudié ses données du 3 juillet 2023 avec son acolyte Marc Blaquière que ses doutes se sont estompés. « Je l’ai trouvé », a-t-il alors lancé, sûr de lui.

Deux jours plus tard, en plongeant de nouveau, l’avion n’y était pas. M. Forest a tenté d’ajuster son compas qui se déréglait et il a poursuivi sa descente vers la droite.

« En me tournant, j’ai ouvert ma lumière afin de me redonner de l’air pour remonter », se rappelle-t-il. C’est à ce moment précis, par surprise, qu’il a vu briller au loin. « À quatre pieds au-dessus de moi, j’ai vu l’avion », confie-t-il calmement au journal Le Manic.

Une perte humaine 

Plusieurs Nord-Côtiers se rappellent cette tragédie qui a emporté la vie de Denis Pardiac, âgé de 17 ans à l’époque. Son corps n’a d’ailleurs jamais été retrouvé.

Selon le journal Le Soleil dans un article paru en 1967, le pilote de l’appareil, Pierre Beauchamp, aurait été retrouvé épuisé par Bob Hall de la compagnie de papier Quebec North Shore. 

Le plongeur Jean-Yves Forest, qui est resté transparent dans sa démarche avec la famille du défunt ainsi qu’avec la Sûreté du Québec, a rendu ses vidéos publiques près d’un an plus tard avec l’accord de celles-ci.

Une région remplie d’histoires inachevées

M. Forest, qui a reçu plusieurs témoignages d’histoires non résolues dans certains abysses marins de la région, a laissé entendre qu’il pourrait plonger pour de nouveaux objectifs dans les prochaines semaines. 

Partager cet article