Et si on parlait changements climatiques ?

Par Johannie Gaudreault 12:00 PM - 10 juillet 2024
Temps de lecture :

C’est l’organisme Communagir qui est à la tête de ce projet pilote de dialogues climatiques. Photo Vanessa Viera

La Haute-Côte-Nord sera l’hôte d’un projet pilote de dialogues climatiques. Durant le mois de juillet, les citoyens auront l’occasion de partager leur expérience sur l’impact des changements climatiques dans leur milieu de vie.

Comme l’explique Nadia Cardin, chargée de projet chez Communagir, le projet « Dialogues climatiques — Récits du territoire » utilisera une façon différente pour parler des changements climatiques et de l’environnement.

« Souvent, on connaît plus l’approche classique un peu moralisatrice. L’idée, c’est de trouver une autre façon d’aborder la discussion et le dialogue sur les changements climatiques », laisse-t-elle entendre.

L’organisme Communagir a répondu à l’appel lancé par le ministère de l’Environnement pour réfléchir autrement les changements climatiques. « On a eu envie d’explorer les récits du territoire, c’est-à-dire de partir des citoyens qui se racontent les transformations qu’ils observent dans leur milieu et de pouvoir croiser ces différents récits avec un artiste local pour créer une œuvre qui va être présentée à l’automne », ajoute Mme Cardin.

À partir des présentations artistiques, l’équipe pourra susciter d’autres discussions et moments de dialogue. « On veut créer des discussions pertinentes, positives aussi, qui ne sont pas polarisantes, mais qui invitent les gens à l’échange et au partage de ce qu’on observe en lien avec les changements climatiques », confirme la chargée de projet.

Pour l’instant, seulement deux régions ont été choisies pour accueillir le projet pilote, soit la Haute-Côte-Nord et Lanaudière. « Si les résultats sont intéressants, si les citoyens participent et qu’on voit que ça a été positif dans le milieu, le projet pourrait se dupliquer ailleurs au Québec », dévoile Nadia Cardin.

La Haute-Côte-Nord a été sélectionnée puisque ses changements climatiques sont différents de ceux observés dans les grands centres. « Quand on parle des impacts des changements climatiques, on peut penser à ceux qui vivent sur la Côte-Nord au niveau du fleuve, de la pêche, de l’environnement marin et au niveau forestier, les impacts que ça l’a. C’est intéressant de sortir des endroits les plus classiques qu’on connaît », commente la responsable.

Communagir s’accompagne d’un comité citoyen de la Côte-Nord, soutenu par Jude Brousseau, pour mener à terme cette initiative qui doit se mouler à la réalité locale.

Où et quand ?

Du 16 au 22 juillet, une équipe recueillera des témoignages dans divers lieux et événements, entre autres pendant le spectacle On jazz sous la lune du 20 juillet aux Escoumins.

Des personnes travaillant dans divers secteurs tels que la foresterie, la pêche, l’agriculture et le tourisme seront également rencontrées et écoutées. « On invite tous ceux qui ont envie de contribuer au projet », lance Mme Cardin.

Les discussions ne seront pas transformées en rapport ou plan d’action par la suite. Par contre, si des citoyens développent l’envie de se mobiliser pour les changements climatiques, Communagir pourra les diriger vers des organisations ou des comités qui existent déjà sur le territoire. « On n’est pas dans un objectif de plan d’action ou de tabletter une politique », conclut la chargée de projet.

Partager cet article