Les élèves du secondaire découvrent différents métiers

Par 12:00 AM - 21 avril 2017
Temps de lecture :

Baie-Comeau – Quelque 500 élèves de Baie-Comeau et 160 de la Haute-Côte-Nord se sont renseignés sur différents métiers dans le cadre de la Semaine des choix, du 3 au 6 avril.

Dans le cadre de cette semaine, des ateliers regroupent des représentants de différentes entreprises et organismes du milieu qui viennent présenter leur métier aux participants. Cette activité, qui s’échelonne sur quatre jours à Baie-Comeau et deux en Haute-Côte-Nord, se destine aux élèves de secondaire trois et quatre, des groupes de formation aux métiers semi-spécialisés et des groupes d’enseignement modulaire.

À Baie-Comeau, comme par le passé, c’est l’atelier portant sur les métiers de la santé qui a été le plus populaire, avec 236 élèves inscrits. Éducation et réadaptation suit avec 179 étudiants, tandis que Commerce, administration et arts se classe au troisième rang avec 145 inscrits.

À Forestville, deux nouveautés ont capté l’attention des élèves, soit les Forces armées et une vidéoconférence avec des employés d’Ubisoft.

Appréciée des jeunes

Selon la directrice adjointe des services éducatifs à la Commission scolaire de l’Estuaire, Renée Longuépée, l’activité est très appréciée par les jeunes. « Les élèves aiment ça. Ils trouvent ça intéressant. Ils ont accès à l’expérience de vie des travailleurs », indique-t-elle.

La Semaine des choix n’est pas obligatoire à Baie-Comeau, les élèves peuvent choisir jusqu’à deux ateliers auxquels ils souhaitent participer. En Haute-Côte-Nord, tous les jeunes participent aux deux jours d’ateliers. « Tous nos élèves s’inscrivent. À ma connaissance, il n’y a pas d’élèves qui ne veulent pas participer à ces journées », estime Mme Longuépée. L’activité, qui fait partie de l’approche orientante, a été mise sur pied dans sa forme actuelle en 2010 dans la Manicouagan et en 2012 en Haute-Côte-Nord. Elle a pour but de permettre aux élèves de voir des métiers et des professions dans ce qu’ils impliquent quotidiennement. Ils peuvent ainsi rencontrer des travailleurs et poser leurs questions.

Partager cet article