Nicolas Tardif couronné au provincial!

Par Sylvain Turcotte 12:00 AM - 20 juin 2017
Temps de lecture :
Nicolas Tardif de l’école Marie-Immaculée des Escoumins a reçu le grand honneur provincial d’Élève masculin de 6e année ayant le mieux concilié le sport et les études. Photo RSEQ

Nicolas Tardif de l’école Marie-Immaculée des Escoumins a reçu le grand honneur provincial d’Élève masculin de 6e année ayant le mieux concilié le sport et les études. Photo RSEQ

Sept-Îles – Les artisans du sport étudiant québécois étaient certainement sur leur 36 le 2 juin. Et pour cause, c’était le 34e Gala d’excellence scolaire du RSEQ à Laval, occasion de reconnaitre et récompenser à l’échelle provinciale les élèves-athlètes, entraîneurs, équipes, collaborateurs et établissements d’enseignement. La Côte-Nord s’est retrouvée sur l’estrade quatre fois, retenue finaliste dans quatre catégories.

Absent du Gala régional du 19 mai dernier, Nicolas Tardif de l’école Marie-Immaculée des Escoumins ne l’était pas le 2 juin au Château Royal de Laval. Il est descendu de la scène à titre de lauréat du prix Élève masculin de 6e année ayant le mieux concilié le sport et les études.

Fier compétiteur, Nicolas se veut un modèle pour les autres, tant par son attitude positive, son leadership que son enthousiasme. Le sportif fait partie des équipes d’athlétisme, de cross-country et de badminton. Sur les bancs d’école, il se distingue avec une moyenne générale de 88 %. Outre le sport, il s’implique dans l’équipe de recyclage et dans celle du concert de musique. Triple médaillé d’or à l’issue de la compétition d’athlétisme régionale (javelot, 80 m, saut en hauteur), médaillé d’or à la compétition régionale de cross-country qui lui a valu une participation au provincial où il a obtenu une 15e place, Nicolas a récolté deux médailles d’or à la compétition régionale de badminton en simple et en double mixte et un autre écu d’or au quadrathlon en athlétisme au PEPS de l’Université Laval (saut en longueur sans élan, lancer du poids, course à la haie, 1000 m).

Tous ses exploits excluent les prix et victoires récoltés au hockey avec Les Prédateurs de la HCN, le Vortex du Saguenay-Lac-St-Jean, sa 7e place au championnat provincial d’athlétisme à Montréal et le soccer, une autre discipline où il excelle.

Finalistes

Les trois autres candidatures finalistes du RSEQ Côte-Nord n’ont pas remporté la palme, mais n’enlevons rien à leur dossier, qui aura retenu l’attention pour se retrouver parmi les trois meilleurs de leur catégorie respective.

La consœur d’école de Tardif, Rosemary Laurencelle, était en lice au même honneur que le lauréat, mais du côté féminin. Rosemary multiplie les implications, tant sportive qu’à d’autres niveaux à l’école Marie-Immaculée. Athlétisme, cross-country, mini-volley et badminton l’activent physiquement. Le volant l’occupe aussi comme adjointe à l’entraîneure. Elle a aussi du temps pour les olympiades, la brigade scolaire et le comité du bal des finissants. Et à travers tout ça, elle se permet d’afficher une moyenne générale des 90 %.

Encore!

L’école St-Alexandre de Port-Cartier aurait certainement souhaité que le dicton jamais deux sans trois ne s’applique pas. Pour une troisième fois en lice au Gala provincial, elle voit une fois de plus le prix «École primaire ayant le plus contribué au développement des activités physiques et sportives dans son milieu» attribué à un autre établissement d’enseignement.

Motivateur

Gino Jean de l’école St-Luc de Forestville n’aura pas été le lauréat de «Personne ayant le plus contribué au développement de saines habitudes de vie dans son milieu», mais il s’est retrouvé parmi les trois finalistes grâce à son côté motivateur et rassembleur. Il y va d’initiatives auprès des jeunes et leur transmet sa passion du sport. M. Gino, c’est celui qui réfléchit constamment à des activités intéressantes pour attirer, motiver et faire bouger les élèves. Pour atteindre ses buts, il s’implique dans la recherche de financement. Grâce à ses qualités de leader, il a su inciter les élèves à participer au Défi Basket, au Défi « Moi j’croque » ainsi qu’au Grand Défi Pierre Lavoie.

 

Partager cet article