Le député Martin Ouellet s’insurge

Par Jacqueline Richer 12:00 AM - 22 novembre 2017
Temps de lecture :

(J.R.) – Au lendemain de l’annonce faite par le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord de passer le nombre de lits de courte hospitalisation (moins de 72 heures) de 18 à 6 lits jusqu’au 4 janvier 2018 faute de médecins, les réactions étaient nombreuses. Martin Ouellet, député de René-Lévesque et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’affaires municipales et de Transport déplore le fait que « les patients devront parcourir 177 km afin de recevoir leurs soins de santé ».

Martin Ouellet affirme que les services de proximité sont encore touchés dans cette décision, et il soulève le problème de recrutement de nouveaux médecins. « Le plan d’effectifs à l’installation des Escoumins est de 11 médecins quand il en compte présentement que 6 ». Il se demande pourquoi ces postes ne sont pas comblés et quelles démarches ont été entreprises pour remédier à cette problématique.

Le député de René-Lévesque, indique « qu’il continuera de prioriser les soins de proximité dans la circonscription et de faire entendre la voix des usagers de la Haute-Côte-Nord qui fréquente l’installation des Escoumins, afin qu’ils puissent, eux aussi, recevoir leurs soins de santé, dans leur milieu de vie ».

Partager cet article