Trou noir – La formation, une solution temporaire pour Action-Chômage Côte-Nord

Par Shirley Kennedy 12:00 AM - 05 avril 2018
Temps de lecture :

Portneuf-sur-Mer – En présence d’Action-Chômage Côte-Nord, le ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, François Blais, a annoncé les mesures de soutien pour les travailleurs touchés par le Trou noir de l’assurance-emploi par le biais de formations rémunérées.

Dans son dernier budget, le gouvernement fédéral a refusé de modifier le programme de l’assurance-emploi. Pour compenser les travailleurs aux prises avec le Trou noir, ce dernier a plutôt choisi d’octroyer 6,4 M$ au Québec afin qu’il prenne en charge la situation. Le ministre Blais, nouveau responsable du dossier, a indiqué que l’argent ne pouvait se substituer à l’assurance-emploi. La solution proposée est plutôt d’offrir aux travailleurs une formation rémunérée par le biais des centres locaux d’emploi (CLE). Le ministre Blais a demandé à tous les travailleurs touchés par le Trou noir d’entrer dès maintenant en communication avec les CLE de leur région, précisant que les formations reçues permettront aux travailleurs de toucher des prestations « à un niveau comparable, et même supérieur parfois » au montant de leurs dernières prestations.

L’inscription est primordiale

Pour Action-Chômage Côte-Nord, il est clair que la formation n’est pas la solution pour régler la question du Trou noir. L’organisme invite néanmoins tous les travailleurs de la région à se rendre dans un CLE afin de toucher les prestations auxquelles ils ont droit. « Il est important que tous les travailleurs aillent s’inscrire. C’est la seule façon qu’ils ont pour l’instant de toucher l’argent que leur a réservé le fédéral dans son budget » a indiqué Line Sirois, coordonnatrice d’Action-Chômage.

Table de travail

Lors de son passage à Sept-Îles, le ministre Blais a également fait l’annonce de la mise sur pied dans les prochaines semaines d’une table de travail sur l’enjeu du Trou noir. Cette table, constituée d’un comité central de coordination, aura quatre antennes, une pour chaque région concernée par la problématique. « Action-Chômage participera de près aux travaux de la table afin qu’une véritable solution, permanente et définitive, soit enfin trouvée » a précisé Mme Sirois.

Partager cet article