Camille Bouchard transpose le siècle passé dans la modernité

Par Johannie Gaudreault 2:30 PM - 08 juin 2021
Temps de lecture :

L’auteur forestvillois Camille Bouchard a commencé l’écriture avec un premier roman en 1986 alors qu’il s’était lancé un défi. Mais, c’est seulement après Les Démons de Bangkok qu’il s’est considéré écrivain. Photo : Marc Robitaille, Université Laval

Si les romans historiques ne sont pas populaires auprès des jeunes, ils le seront désormais avec la nouvelle série Exploratus lancée par l’auteur forestvillois Camille Bouchard, dont le premier tome Les Grossièretés de Jacques Cartier a été publié aux Éditions Boréales en mars.

« C’est une série historique axée sur les grandes explorations des siècles passés. Mon objectif est d’intéresser les jeunes à la lecture et à l’Histoire », informe d’entrée de jeu l’écrivain nord-côtier, en entrevue au Journal Haute-Côte-Nord.

Habituellement, les romans historiques se déroulent dans le passé. « Je prends, par exemple, un héros qui a l’âge de mes lecteurs et je le transporte dans un siècle qui n’est pas le sien », explique M. Bouchard. Toutefois, avec la série Exploratus, l’auteur a voulu faire le contraire.

« Grâce à un objet magique, j’amène le personnage du siècle passé dans le monde moderne. Ça interpelle plus les jeunes puisqu’ils demeurent à leur époque. C’est le genre d’histoire que j’aurais aimé me faire raconter », dévoile Camille Bouchard, qui accorde une très grande importance à la vérité historique.

Passionné d’histoire, l’auteur a « tout lu Jacques Cartier » afin d’écrire le premier tome de la série qui met en vedette ce personnage bien connu de l’histoire du Québec.

« Ma conclusion : c’est loin d’être le super-héros que l’on croit, raconte-t-il. Il était un super marin, mais il faisait des erreurs, il était imparfait, brouillon, amer et boudeur. Il n’avait pas la capacité de fonder une colonie, le but de la troisième expédition. »

Quand le héros du roman, Charles-Antoine le ramène au 21e siècle, l’explorateur « est tout mêlé, ce qui donne lieu à de nombreux quiproquos ».

« On peut voir l’évolution de nos mœurs, de nos valeurs. Par exemple, on parle de l’égalité des hommes et des femmes. Il y a un décalage de compréhension », explique M. Bouchard.

Le personnage du grand-oncle historien, quant à lui, vient apporter des précisions historiques.

« L’aspect didactique est toujours important dans mes romans, divulgue l’écrivain. Je me donne une grande responsabilité d’offrir un bel outil d’apprentissage pour les jeunes. »

Le divertissement et l’humour sont également au rendez-vous. Jacques Cartier utilisera des jurons qui en feront s’esclaffer plus d’un en plus de converser en français moderne.

« Ça donne une dimension rigolote quand ce grand explorateur s’exprime en langage d’adolescent de nos jours avec des expressions comme pas mal nice. Mes lecteurs ne se sentent pas perdus et ils sont divertis », assure Camille Bouchard, précisant toutefois qu’il ne recherche pas l’effet caricatural.

Destinés à un public préadolescent, les livres de la série Exploratus plairont également aux ados et adultes.

« Je vous mets au défi les adultes de lire ce roman et de n’apprendre rien de nouveau sur Jacques Cartier », commente l’auteur qui a le champ libre quant au nombre de tomes qu’il produira. Pour l’instant, un deuxième est en production.

Prix littéraires

Camille Bouchard possède le record du nombre de nominations aux Prix littéraires du gouverneur général. Son roman Cicatrices lui a permis d’être finaliste pour une 9e fois cette année dans la catégorie jeunesse. Il en a été le lauréat une fois en 2005.

« C’est toujours une fierté d’être nommé parce que je travaille fort. Je veux offrir des produits de qualité en termes de divertissement et d’apprentissage à mes lecteurs. C’est ce qui me motive d’un projet à l’autre », conclut l’écrivain originaire de Forestville.


Le premier tome de la série Exploratus de Camille Bouchard met en vedette Jacques Cartier. Photo : Courtoisie

Partager cet article