Le personnel du CPE La Giroflée se mobilise

Par 12:00 AM - 27 janvier 2016
Temps de lecture :

À l’arrière, les travailleurs diplômés Francis Savard, Maxime Maldemay, Tommy Brodeur, Marc-André Fortin, Bastien Deschênes chef de la direction chez Boisaco, Jimmy Godbout enseignant, Steeve St-Gelais président-directeur-général de Boisaco, Olivier Harvey, Mathieu Couture, conseiller en orientation au CFP et Yves Tremblay de Boisaco. À l’avant: Gilles Lamarre de Boisaco, Guy Bilodeau du CFP, Jérôme Hovington, Maxime Savard, Pascal Gravel, Olivier Hovington et Eddy Gauthier de Boisaco.

Forestville – Le personnel des CPE de La Giroflée de Forestville et Essipit ont débuté leur mobilisation afin de manifester leur désaccord face aux compressions de 120 millions $ annoncées par le gouvernement provincial pour l’année 2016-2017.

Marie-Eve B.Théberge

Depuis le 18 janvier dernier et ce pour les 6 semaines à venir, les membres du personnel des CPE de Forestville et d’Essipit accueilleront les parents et leurs enfants à l’extérieur en leur servant chocolat chaud et biscuit en forme de casse-tête. Cette activité a été retenue comme moyen de mobilisation afin de sensibiliser la population aux compressions imposées par le gouvernement.

Ailleurs au Québec, des chaines humaines seront réalisées autour des CPE en guise de protestation à tous les lundis. « Pour de petits CPE comme celui de Forestville et d’Essipit, cela était impossible », a précisé Lyson Gagnon, directrice du CPE La Giroflée. Une activité d’accueil a donc été retenue à la place.

Pièce maîtresse

La campagne nationale de mobilisation visant à faire annuler les compressions de 120 M$ annoncées par le gouvernement pour l’année 2016-2017 a été lancée par l’Association québécoises des centres de la petite enfance (AQCPE) le 14 janvier dernier. Via la campagne Toujours fous de nos enfants, le concept du casse-tête a été retenu pour démontrer que « la politique familiale constitue la pièce maîtresse de notre avenir ». Dans le cadre de cette campagne, une bannière sera également affichée dans les CPE du Québec en signe de protestation. Cette dernière a notamment été dévoilée à Essipit le 22 janvier dernier.

Coupures

L’année 2015 s’est terminée dans un cul-de-sac pour l’AQCPE, alors que les discussions sur le financement, qui se poursuivaient depuis le début de l’automne, n’ont mené à aucune solution satisfaisante pour l’Association.

Selon cette dernière, en considérant les compressions de 120 M$ annoncées, c’est près d’un demi-milliard de dollars depuis 2006 qui a été coupé dans le réseau des services de garde éducatifs subventionnés. « La mobilisation ne fait que commencer. Nous sommes résolus à ce qu’elle se poursuive tant et aussi longtemps que le gouvernement ne répondra pas à la demande des familles du Québec de placer le développement de la petite enfance et la qualité des services au cœur de leurs priorités. Ce que nous demandons, c’est l’annulation des coupes pour 2016-2017 », a indiqué à ce sujet Louis Senécal, président-directeur général de l’AQCPE.

Partager cet article