Arianne bénéficiera bientôt d’une chambre hyperbare

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet
Arianne bénéficiera bientôt d’une chambre hyperbare
Isabelle Hall, présidente par intérim du Syndicat des professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires dans Manicouagan et Haute-Côte-Nord, vient de remettre un chèque au montant de 1 545 $ à Mélanie Gagnon, qu’on aperçoit en compagnie de la petite Arianne.

Baie-Comeau – Une famille de Baie-Comeau inscrira une première sur la Côte-Nord dans les prochaines semaines avec l’acquisition d’une chambre hyperbare pour la petite Arianne, cinq ans, atteinte d’une paralysie cérébrale sévère associée à de l’épilepsie.

Un an après avoir lancé une campagne de financement au montant de 25 000 $ avec le soutien de l’organisme S.O.S. handicapés, Mélanie Gagnon et Stéphane Moreau, également parents de Maxime, la jumelle d’Arianne, et d’Anthony, attendent maintenant avec impatience la chambre commandée auprès de l’entreprise Oxysoins. Elle devrait être installée dans leur résidence à la fin février.

Comme le coût de l’équipement se chiffre finalement à 22 000 $, l’objectif de la campagne a été revu à la baisse. La remise récente d’un chèque au montant de 1 545 $ provenant de dons reçus lors du dernier conseil général de la Fédération interprofessionnelle du Québec (FIQ), syndicat dont fait partie Mme Gagnon, a permis de boucler la boucle.

La campagne a connu du succès grâce aux contributions de la population par l’entremise de boîtes-dons dispersées dans les commerces, à la sollicitation de parents et amis, au tirage d’une toile, à de l’emballage chez Maxi et à l’entreprise Unimédic, pour laquelle Mme Gagnon travaille comme inhalothérapeute, en plus de son poste à l’Hôpital Le Royer. Une somme de 10 000 $ a d’ailleurs été amassée uniquement par l’activité chez Maxi et la participation d’Unimédic.

Des bénéfices

Les parents misent beaucoup sur les bénéfices de la chambre hyperbare pour permettre à leur fillette de franchir de nouvelles étapes dans son développement. Ils savent déjà qu’elle y réagit bien.

En septembre 2014, Mme Gagnon et M. Moreau ont loué l’équipement pour une période de 40 jours et les résultats ont été très encourageants. « L’éveil sur les gens, c’est fou comme ç’a changé. Il y a eu aussi le maintien de la tête », affirme la maman. Devant ce fait, ils ont décidé de tout faire pour avoir une telle chambre à la maison. En janvier 2015, ils lançaient une campagne de financement.

Les parents ne se content pas d’histoire. Ils savent que leur petite Arianne demeurera toujours avec des limitations importantes. Cependant, ils veulent lui permettre de se développer au maximum et cela passera par la chambre hyperbare. « C’est toujours l’espoir d’aller en chercher le plus possible. Au niveau de la spasticité (raideur), ça aide beaucoup», insiste Mme Gagnon. «Il y a des enfants qui ont développé le langage, l’alimentation et qui se déplace plus facilement. Ça dépendant toujours de la partie atteinte dans le cerveau », ajoute-t-elle.

Son état

Ariane sera toujours en fauteuil roulant, quoiqu’elle pourrait parvenir un jour à franchir de courtes distance avec une marchette adaptée. La petite commence lentement à prononcer quelques mots. « Mais elle n’aura jamais notre vocabulaire », précise sa maman. La fillette s’alimente par gavage présentement. « Elle pourrait manger, mais elle ne veut pas. Elle a peur », indique Mme Gagnon.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des