La tempête de l’année laisse des traces en HCN

Par Shirley Kennedy 12:00 AM - 22 mars 2017
Temps de lecture :

Forestville – La région et plus particulièrement la Haute-Côte-Nord, a été frappée de plein fouet le 15 mars dernier, par la plus importante tempête de l’année en terme d’intensité. Des vents de 80 à 100 km/h, spécifiquement le long du fleuve Saint-Laurent, ont rendu la visibilité nulle presque tout le long du littoral de la Haute-Côte-Nord, entraînant la fermeture complète de la route 138 de Tadoussac à Forestville.

Dès 12 h 37 mercredi, le ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports (MTMDET), a procédé à la fermeture complète de la route 138 pour tous les véhicules, de Tadoussac à Forestville. De Colombier à Baie-Comeau, seuls les camions lourds étaient interdits sur la seule artère de la Côte-Nord. Le service de traversier Tadoussac-Baie-Ste-Catherine a été annulé jusqu’en soirée mercredi, de même que pour la réouverture de la route 138 qui a été amorcée vers 20 h pour les véhicules seulement, avec escorte policière. Vers 23 h, les camions lourds stationnés par dizaines aux extrémités de la ville de Forestville, ont pu reprendre la route 138.

Déploiement des ressources

Selon la porte-parole de la direction régionale du MTMDET Sarah Gaudreault, dès le début des précipitations, toutes les ressources du ministère (internes et contractuelles), ont été déployées. « Afin de déneiger les 300 km de la MRC de la Haute-Côte-Nord, les camions sont postés à des emplacements stratégiques et débutent les opérations de déneigement dès le début des précipitations ». Le travail s’est poursuivi jusqu’à la fin des précipitations, confirme Mme Gaudreault. La route 138 entre Tadoussac et Forestville a été fermée pendant près de 20 heures, tandis que le tronçon Sacré-Cœur-Bardsville de la route 172 a été interdit à la circulation pendant 16 heures.

Le lendemain, l’état de la route 138 présentait encore des sections enneigées et glacées par endroits, rendant la circulation assez difficile. Quant au service de traversier, il a de nouveau usé la patience des usagers puisque l’attente a perduré pendant presque toute la journée de jeudi.

Bien que cette tempête ait laissé moins d’accumulation au sol (de 15 à 30 centimètres selon les secteurs) que celle du 30 décembre dernier (40 à 60 centimètres), les forts vents et la visibilité nulle ont littéralement paralysé la Haute-Côte-Nord pendant près de 24 heures.

 

Partager cet article