En marche vers l’énergie circulaire

Par Karianne Nepton-Philippe 12:00 AM - 04 mai 2017
Temps de lecture :

Les Escoumins – La SADC de la HCN a organisé, le mercredi 26 avril dernier, l’atelier CIRCULAB avec des intervenants du Centre de transfert technologique en écologie industrielle (CTTEI). Les sujets des discussions ont abordé principalement la thématique de l’énergie circulaire.

Les deux animateurs, Jennifer Pinna, chef de projets, et Julien Beaulieu, chargé de projets au CTTEI en symbiose industrielle, se sont entretenus avec les participants sur la valorisation, les impacts et les différentes technologies concernant l’énergie circulaire. En effet, lors du dîner-conférence, ils ont expliqué le travail de leur centre de recherche, l’utilisation des technologies propres et des procédés propres, ont parlé de symbiose industrielle, et ont donné des exemples concrets à l’aide d’une vidéo de l’entreprise Kamik qui utilise l’économie circulaire. Une dizaine de participants étaient présents, soit des professionnels et citoyens de la Haute-Côte-Nord. Ils ont été très réceptifs à l’information donnée et ont également posé beaucoup de questions.

Énergie circulaire : Un concept pas si nouveau

La thématique de la journée était : En marche vers une énergie circulaire. C’est un terme qu’on connaît peu, mais un modèle qu’on commence déjà à utiliser. Pour comprendre le concept, il faut démystifier « modèle linéaire » et « modèle circulaire » pour une optimisation de la chaîne de valeur. En fait, notre économie est présentement principalement basée sur le modèle linéaire, ce qui signifie « extraire, fabriquer, consommer, jeter ». Nous consommons donc des ressources naturelles pour fabriquer des produits qui deviennent des déchets. C’est ce que nos animateurs ont expliqué aux participants. Le but est de changer notre mentalité et de réutiliser ces déchets. Mais c’est quelque chose qui est très accessible à tous. Tout le monde peut contribuer à réduire ses déchets, dans le but de favoriser la pensée suivante : les déchets de l’un peuvent être la ressource de l’autre.

La SADC contribue sur le territoire

Rappelons qu’au début de 2017, la SADC de la HCN a obtenu de RECY-QUÉBEC, une somme de 14 189,26 $ pour réaliser une collecte de données sur les résidus de bois générés en Haute-Côte-Nord dans le cadre du programme d’aide financière allouée à l’amélioration des pratiques des ICI en matière de gestion de leurs matières résiduelles. Et elle dispose d’un délai de 6 mois pour réaliser la collecte de données et fournir un aperçu des débouchés possibles pour traiter ou valoriser ces matières en région. Le tout dans le but de favoriser l’émergence de projets en économie circulaire, une tendance maintenant incontournable.

 

Partager cet article