Le 12e Festival intime classique tient promesse

Par Shirley Kennedy 12:00 AM - 27 juillet 2017
Temps de lecture :

Les Bergeronnes – Présenté pour une 12e saison aux Bergeronnes par L’Odyssée artistique, le Festival intime de musique classique (FIMC) ne cesse de se renouveler d’une année à l’autre. Encore une fois, petits et grands concerts ont trouvé leur niche parmi cette carte bien garnie.

Nathalie Ross, directrice de L’Odyssée artistique, remarque une certaine stabilité qui s’installe au niveau de l’achalandage des différents concerts à l’affiche. « C’est plus régulier, les plus petits concerts attirent de plus en plus, donc ce qui ressort c’est une certaine stabilité, au lieu d’avoir de grands écarts comme aux débuts ».

Selon les mots de Lucie Lambert, responsable des communications, « le Festival intime de musique classique, c’est cinq jours de musique que l’on ne peut plus rattraper après. Il faut en profiter pendant que ça passe. La région a une chance inouïe de recevoir des artistes de renommée internationale, de pouvoir les écouter et aussi leur parler, les rencontrer.

Car le Festival permet aussi de très belles rencontres. C’est une chance qu’un spectateur, Monsieur Bernard Lefebvre, a très bien résumé lors du spectacle de Marie-Josée Lord ».

« Un pur bonheur que ne peuvent surpasser ni Youtube ni le CD et j’affirme sans me tromper, ni la Place des Arts ni le Grand Théatre de Québec car dans aucun de ces Palais la cantatrice ne se produit à moins de 4 mètres de l’assistance. Merci Odyssée Artistique. Nous sommes des spectateurs privilégiés comme l’étaient les aristocrates dans les salons des Rois. Le qualificatif «INTIME» du «Festival intime de musique classique» prend tout son sens à tous les concerts de ce Festival. »

Pour le plaisir des fidèles et des nouveaux spectateurs, l’Odyssée artistique présentera un concert « hors série » le 3 septembre prochain à l’église des Bergeronnes à 15 h. L’Ensemble Zoroastre de l’Orchestre symphonique de la Côte Nord viendra présenter « Les quatre saisons » d’Antonio Vivaldi.

Source: Lucie Lambert

 

Partager cet article