Club Nord-Neige de Forestville – Une organisation dédiée à ses 345 membres

Par Shirley Kennedy 12:00 AM - 29 mars 2018
Temps de lecture :
De gauche à droite: Le président Alex Lamarre, Mike Tremblay, Gervaise Tremblay, Denis Charron, Antoine Tremblay, Mathieu Lessard et Sylvain Hovington. Absents Dave Michaud et Émilien Fortin. Photo Journal Haute-Côte-Nord

De gauche à droite: Le président Alex Lamarre, Mike Tremblay, Gervaise Tremblay, Denis Charron, Antoine Tremblay, Mathieu Lessard et Sylvain Hovington. Absents Dave Michaud et Émilien Fortin. Photo Journal Haute-Côte-Nord

Forestville – Alors que la saison de motoneige tire à sa fin, l’heure est au bilan pour le président du Club Nord-Neige de Forestville Alex Lamarre. Au terme de l’an un dans ses nouvelles fonctions, le jeune entrepreneur est très positif quant à la pérennité de son club, qui est passé de 311 membres l’an dernier à 345 cette année.

Le Club Nord-Neige de Forestville a le vent dans les voiles. L’engouement pour la motoneige et les conditions exceptionnelles qu’offre la Haute-Côte-Nord, représentent certes un facteur à considérer, mais il n’en demeure pas moins que la réputation de l’organisation forestvilloise fondée en 1989, en l’occurrence la qualité de ses sentiers, dépasse les frontières de la Côte-Nord. « J’ai reçu un appel de résidents de Montréal qui étaient passés chez nous quelques semaines auparavant. Ils étaient à l’extérieur du Québec pour faire de la motoneige et ils s’ennuyaient de nos sentiers », raconte fièrement le jeune président.

Avec les 300 kilomètres de sentiers à entretenir, l’équipe responsable de l’entretien ne chôme pas, surtout depuis les deux dernières saisons alors que les accumulations de neige sont considérables. « Nous avons cinq bénévoles et un permanent dédiés à l’entretien des sentiers qui nécessite bon an mal an environ 900 heures de travail », précise-t-il.

Le choc des générations, un facteur positif

L’implication bénévole soutenue est l’une des grandes forces du Club Nord-Neige de Forestville, faut-il le rappeler. L’éminence grise de l’organisation, Antoine Tremblay, y consacre énormément de temps à titre de trésorier, et ce depuis 1999. Monsieur Tremblay est l’homme-orchestre, la référence au sein du Club. Idem pour le responsable de l’entretien mécanique des deux surfaceuses, Roger Lapointe, qui est fidèle au poste depuis 12 ans déjà.

La diversité générationnelle qui prévaut au sein du conseil d’administration de Nord-Neige représente une recette gagnante et surtout témoigne de l’intérêt des jeunes adeptes de motoneiges qui ont le désir de s’impliquer. « Chacun a ses tâches et s’en acquitte très bien, nous formons une belle équipe », dit le président Lamarre. Ainsi, outre Antoine Tremblay qui fait partie de la vieille garde de l’organisation, mentionnons les Sylvain Hovington, Gervaise Tremblay (secrétariat), Denis Charron (droits de passage) qui côtoient les Mathieu Lessard (responsable surfaceuses), Dave Michaud (sécurité), Mike Tremblay (activités) et Émilien Fortin (représentant de Colombier).

Enjeux régionaux et projets

Entretenant des relations ponctuelles et harmonieuses avec les clubs voisins et plus éloignés lors des congrès régionaux, messieurs Lamarre et Tremblay confirment que les enjeux sont sensiblement les mêmes pour tous. On y discute des droits de passages, des surfaceuses et surtout du membership, talon d’Achille de plusieurs clubs. « Je crois que les plus petits clubs auraient avantage à se fusionner, c’est beaucoup plus facile lorsque l’on a un certain nombre de membres », dit Antoine Tremblay, faisant référence à la fusion du Club de Colombier avec Nord-Neige il y a une quinzaine d’années. « Cela a été difficile pour nous par la suite de recruter les gens de Colombier qui n’avaient pas nécessairement de sentiment d’appartenance à notre Club. Mais avec le temps cela s’est amélioré. Nous avons une trentaine de membres de Colombier cette année, et avec l’arrivée d’Émilien Fortin sur le conseil d’administration, cela devrait nous aider, du moins nous l’espérons ».

Parmi les projets à court terme qui retiennent l’attention des administrateurs de Nord-Neige, celui de la réfection d’un tronçon d’une dizaine de kilomètres de sentiers à l’ouest de la passerelle de Bersimis est prioritaire. « Lorsque nous avons réalisé la passerelle sur la rivière Bersimis, nous avons manqué d’argent pour refaire une partie du chemin, soit les courbes ou l’ajout de ponceaux. Ça fait six ans qu’on attend et cela devrait se faire en 2018, dès qu’on reçoit l’argent », précise le trésorier de Nord-Neige. Un projet attendu depuis six ans nécessitant un investissement de 75 000 $ dont 80 % est financé par le gouvernement provincial.

Plus localement, Nord-Neige a initié le droit de passage autorisé par la Ville de Forestville au niveau de la rue Vincent vers la route 138 (face au Dépanneur du Parc) via la piste fédérée de la rue Verreault. Cette initiative profitera également aux adeptes de VTT. La signalisation à cet effet sera installée incessamment par la Ville de Forestville.

La relève

Complètement dédié à son rôle de président du Club Nord-Neige qu’il occupe depuis l’automne dernier, Alex Lamarre est devenu à 24 ans, l’un des plus jeunes présidents au sein de la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec (FCMQ). Passionné de motoneige depuis son tout jeune âge, il a toujours été près de l’organisation, ayant effectué de la patrouille il y a quelques années. « J’ai toujours eu une motoneige et je suis membre du Club depuis ce temps-là. La présidence, personne n’en voulait mais moi je la voulais. Et je ne m’investis pas dans 50 affaires moi. Je suis là, et c’est pour ça que je travaille. C’est le fun, c’est dynamique et on veut développer, on n’est pas là pour faire du surplace », explique Alex, qui invite les membres à joindre la page Facebook du Club pour connaître les différentes activités et projets de l’organisation.

Marilou Perreault, porte-parole de la FCMQ, confirme qu’Alex Lamarre est l’un des plus jeunes présidents de clubs de motoneigistes au Québec. « Il n’est pas le plus jeune puisqu’il y en a un dans la région de Québec qui est devenu président au début de la vingtaine, mais il fait partie des plus jeunes sans aucun doute, puisque c’est quand même rare que tu deviens président d’une organisation à 24 ans ». Madame Perreault constate l’engouement des jeunes de la génération Y au niveau de l’implication bénévole dans le domaine de la motoneige. « Il y a de la relève et de l’ouverture de la part des plus âgés. Contrairement à ce que plusieurs croient, ce n’est pas la chasse gardée des retraités l’administration des clubs de motoneiges au Québec. C’est un beau challenge pour eux, ils touchent à la gestion et font face à des enjeux intéressants », ajoute-t-elle, précisant au passage que de plus en plus de femmes de tous âges et de toutes provenances s’investissent dans les clubs de motoneiges. « C’est un fait, nous le constatons lors de notre congrès et en tournée régionale, il y a plus de femmes et de jeunes, c’est une bonne chose, cela confirme que le bénévolat a évolué ».

Partager cet article