Un autre défi d’envergure pour l’homme de 41 ans – Jimmy Pelletier prend d’assaut le Kilimandjaro

Par Sandro Célant 12:00 AM - 27 mai 2018
Temps de lecture :
Toujours aussi passionné par les défis d’aventure, Jimmy Pelletier ne ralentit pas la cadence et s’apprête à relever une autre mission d’envergure avec l’ascension, avec l’aide de son vélo à bras, du Kilimandjaro, plus haut sommet d’Afrique du haut de ses 5 895 mètres. Photo courtoisie

Toujours aussi passionné par les défis d’aventure, Jimmy Pelletier ne ralentit pas la cadence et s’apprête à relever une autre mission d’envergure avec l’ascension, avec l’aide de son vélo à bras, du Kilimandjaro, plus haut sommet d’Afrique du haut de ses 5 895 mètres. Photo courtoisie

Baie-Comeau – Toujours aussi passionné et motivé par les défis d’aventure, Jimmy Pelletier s’attaquera bientôt à une nouvelle mission de taille avec l’ascension du Kilimandjaro, plus haut sommet d’Afrique.

Bien connu de tous, le Baie-Comois d’origine ne ralentit pas la cadence et se prépare à vivre une autre expérience unique avec l’objectif ultime d’atteindre le sommet de la montagne situé à 5 895 mètres et ce, à l’aide de son vélo à bras.

À ce jour, une seule personne paraplégique est parvenue à compléter l’ascension. L’Américain Chris Wadell a réalisé cet exploit remarquable au cours de l’année 2009 et, si tout va comme prévu, il aura bientôt de la compagnie.

« C’est un projet que je mijotais depuis un certain temps. C’est un beau défi que je veux relever pour moi personnellement. Je veux voir comment c’est d’atteindre le haut d’une montagne et je veux vivre ce sentiment au maximum », a commenté l’athlète de 41 ans, quelques jours avant son départ.

Pas une course

Conscient que la mission ne sera pas évidente, Pelletier et ses cinq partenaires, dont sa conjointe Manon Bélanger ainsi que Marc Provost (77 ans) qui entreprendra sa septième ascension, entendent respecter le plan établi avec le groupe accompagné de 25 porteurs du pays.

« Ce n’est pas une course et c’est pourquoi nous allons y aller étape par étape. Le facteur de l’altitude et la baisse d’oxygène sont à considérer. Nous prévoyons franchir environ cinq à six kilomètres par jour », a expliqué le papa de la petite Sara-May avec enthousiasme.

Bien préparé sur les plans physique et mental, Jimmy avoue ressentir un peu de stress, mais demeure très réaliste. « C’est excitant, car c’est quelque chose de nouveau, mais mon expérience du passé m’aide beaucoup. Je vois les choses différemment. Je me sens bien et j’ai très hâte », a ajouté celui qui s’est envolé en direction de la Tanzanie, mardi dernier.

Facebook

Fidèle à ses bonnes habitudes, Jimmy profitera de ce voyage pour récolter des fonds pour les organismes Adaptavie et le Patro-Roc Amadour avec qui il est associé, par l’entremise de sa populaire randonnée, depuis les dernières années.

Très actif sur les réseaux sociaux, le conférencier prévoit prendre beaucoup de photos et d’images de ce périple spécial qu’il sera possible de suivre et connaître le dénouement en consultant sa page Facebook.

Partager cet article