L’heure juste sur les départs successifs

Par Shirley Kennedy 12:00 AM - 20 juin 2018
Temps de lecture :

Les Bergeronnes – Au moment d’aller sous presse, le maire des Bergeronnes Francis Bouchard, confirmait la démission de la conseillère Josée Bouchard. Démission entérinée par le conseil municipal lors de la séance de lundi dernier. L’élu a cependant émis quelques précisions quant aux différentes interprétations qui circulent dans la communauté, concernant les départs successifs qui surviennent depuis six mois.

En ce qui concerne le départ de la conseillère Isabelle Gagnon, annoncé sur d’autres plate-forme, Monsieur Bouchard affirme que celle-ci n’est pas officielle et que seule la démission de madame Bouchard est valide. Pour ce qui est du conseiller Réjean Lacasse, sa démission ne serait qu’une fausse rumeur.

Au niveau du Service des incendies des Bergeronnes, Pascal Gaudreault, l’ex-chef du Service qui devait faire la transition et qui a remis son téléavertisseur lors de la séance de lundi, a accepté de poursuivre la transition jusqu’à ce « qu’une solution acceptable soit trouvée », a dit M. Bouchard. La démission du conseiller Charles Lessard entérinée par les élus lors de la dernière séance, est effective. Mais « si on trouve une solution pour garder notre autonomie, il va revenir », précise le maire des Bergeronnes.

Au chapitre des employés administratifs de la Municipalité des Bergeronnes, rappelons que l’inspecteur municipal Patrice Noël a quitté il y a quelques mois, pour des raisons personnelles et afin d’entamer un nouveau défi professionnel.

Quant à Joëlle Pierre, qui occupait le poste d’agente de développement depuis une dizaine d’années à raison de cinq mois par an, soit de novembre à mars, elle a confirmé au Journal que le climat à la Municipalité n’y est pour rien. « L’an passé, pour des raisons de santé, j’avais dit que je ne reviendrais pas et qu’il faudrait rouvrir le poste, dit Mme Pierre. Bien entendu avec tout ce qui s’est passé avec la direction générale, la dame qui a assuré la direction intérimaire n’a pu rouvrir le poste et c’est resté dans le néant. L’automne dernier, j’étais malade et je n’ai pu rentrer. En janvier dernier, je suis revenue sur un mandat très clair de 8 semaines afin de faire en sorte qu’on ne perde pas les subventions. J’y suis restée 12 semaines ».

Madame Pierre dit avoir aimé chaque jour qu’elle a passé à la Municipalité des Bergeronnes à titre d’agente de développement et réitère son attachement profond à son travail et sa communauté. Les projets du CPE, la politique familiale, la réfection des sentiers et de l’Archéo Topo sont autant de projets sur lesquels Joëlle Pierre a œuvré.

« C’est très triste tout ce qui se passe actuellement. Ça me bouleverse de voir une communauté se déchirer de la sorte. Les Bergeronnes a un potentiel inimaginable. Si on mettait autant d’énergie à construire, ce serait fabuleux », a-t-elle déploré.

Partager cet article