Camping Portneuf-sur-Mer – Un début de saison ardu

Par Shirley Kennedy 12:00 AM - 26 juin 2018
Temps de lecture :
L’installation n’a pas été de tout repos pour quelques campeurs la semaine dernière au camping de Portneuf-sur-Mer qui compte environ 70 emplacements dont 63 % sont occupés par des saisonniers. Photo courtoisie

L’installation n’a pas été de tout repos pour quelques campeurs la semaine dernière au camping de Portneuf-sur-Mer qui compte environ 70 emplacements dont 63 % sont occupés par des saisonniers. Photo courtoisie

Portneuf-sur-Mer – Le début de saison reporté au jeudi 14 juin dernier pour les campeurs du Camping de Portneuf-sur-Mer a été un peu trop tumultueux au goût de certains. Terrains trop étroits, sorties d’égout inaccessibles, installations électriques embarrassantes, compactage du nouveau matériau déficient, bref les doléances n’ont pas tardé à se manifester au terme des travaux de mise à niveau majeurs entamés l’an dernier et qui atteignent avec les imprévus à ce jour, environ 480 000 $.

« Nous sommes arrivés jeudi, dès qu’on nous a autorisés, explique Gina Desbiens. Premièrement nous n’avons pu accéder à notre terrain, le numéro 5, puisque le poteau électrique arrivait dans la porte.. on nous a désigné le terrain numéro 7…. Ça renfonçait un peu, on essayait de se mettre au niveau mais ça renfonçait tout le temps. Et finalement dimanche, le jack (cric) a cassé ».

Le conjoint de madame Desbiens, Gervais Gallant, s’explique mal le fait que les terrains n’aient pas été compactés suffisamment alors qu’une bonne couche de matériel a été ajoutée. « Un autre campeur a vécu la même malchance que nous et a cassé son jack. Et il y a un couple de touristes américains qui ont abîmé leur équipement et qui sont restés pris ». En réparation à l’Atelier de soudure et d’usinage Renaud Émond, la roulotte à sellette du couple Desbiens-Gallant devait être fonctionnelle au moment d’aller sous presse après les travaux de soudure d’usage « et ce n’est pas moi qui va payer ça », d’ajouter madame Desbiens.

Une autre résidente saisonnière du camping déplore l’entrée d’égout inaccessible puisque située directement sous la roulotte tandis que le poteau électrique l’empêche d’ouvrir l’extension.

De l’avis général des campeurs mécontents, outre les terrains « pas assez compactés », la pelouse (hydrosemence) n’a pas connu les résultats escomptés. « De toute façon, ça restait pris de tous bords tous côtés, on en tirait un et un autre, la pelouse elle s’est presqu’envolée », de dire l’un des résidents qui déplore les travaux et l’aménagement sans pour autant blâmer qui que ce soit.

La Municipalité en mode solutions

Le maire de Portneuf-sur-Mer Gontran Tremblay, concède que les terrains sont plus exigus et qu’il est plus difficile pour les conducteurs de s’installer. Il ajoute que les campeurs lésés seront rencontrés individuellement cette semaine, que du gravier sera remis et que tous les correctifs nécessaires seront apportés. En ce qui a trait à l’hydrosemence « qui n’a pas été un succès en raison du manque de pluie », on procédera à de l’ensemencement à l’automne. « Il n’y a rien de parfait, nous allons nous ajuster. Par chance que nous avons eu l’entrepreneur parce que les plans initiaux étaient vraiment mal faits. Nous aurions eu davantage de mauvaises surprises ».

Monsieur Tremblay est très optimiste quant à l’achalandage et à l’autofinancement futurs du camping qui a déjà réalisé des profits nets de 20 000 $ l’an dernier. « On ne perdra pas d’argent avec le camping. Nous allons y réinvestir une partie des profits à tous les ans. On ne veut pas que ça coûte d’argent aux contribuables », a conclu le maire de la localité.

Rappelons que la Municipalité a reçu une aide financière du MAMOT de 99 275 $ pour la mise aux normes des installations, notamment le traitement des eaux sanitaires, la Caisse du Centre de La Haute-Côte-Nord a également contribué pour 8 000 $, une somme de 11 829,44 $ a été récupérée via le fonds des mesures de renforcement du défunt CLD, la réfection du système électrique a nécessité un règlement d’emprunt de 120 000 $ contracté par la Municipalité et une somme de 137 304 $ a été appropriée à même le surplus du budget 2017 de la Municipalité. À ces sommes s’est ajouté le contrat des travaux imprévus pour le rehaussement du terrain à la suite « des mauvais calculs de l’ingénieur » de 45 000 $, la Municipalité a également procédé ce printemps à l’aménagement paysager à même le budget d’investissement de 2018 à la hauteur de 35 000 $ et finalement le chemin de la marina et les petites rues du camping ont été rechargés grâce à une subvention de 30 000 $ provenant de l’enveloppe discrétionnaire du député de René-Lévesque Martin Ouellet dans le cadre du Programme d’aide à l’amélioration du réseau routier local.

Partager cet article