Àcompter de 2019-2020 – Fini le transport scolaire pour aller chez le dentiste

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet
Àcompter de 2019-2020 – Fini le transport scolaire pour aller chez le dentiste
La Commission scolaire de l’Estuaire modifiera les pratiques de son service de transport à compter de l’automne 2019 afin de le ramener à son essence même. (Photo : archives Le Manic )

Baie-Comeau – À compter de la prochaine année scolaire, le transport des étudiants à la Commission scolaire de l’Estuaire servira à ses fins premières et non plus comme moyen de locomotion pour se rendre à son rendez-vous chez le dentiste ou encore au domicile de son ami.

C’est l’orientation adoptée par le conseil des commissaires à la séance publique de mars. Dès la rentrée scolaire d’août 2019, c’en sera donc fini des arrêts improvisés ici et là pour répondre aux demandes de plus en plus répandues des parents pour leur progéniture. Ils devront s’organiser autrement.

Il faut savoir qu’en Haute-Côte-Nord, un même autobus scolaire transporte des jeunes de quelques municipalités en direction des polyvalentes de Forestville ou des Bergeronnes. De nombreux parents de l’extrême ouest du territoire contactaient ainsi la CSE pour réclamer que le chauffeur d’autobus improvise un arrêt près du bureau du dentiste aux Escoumins afin de permettre à leurs enfants de se rendre à son rendez-vous.

Des étudiants utilisaient aussi le transport scolaire pour se rendre passer du temps avec leur ami résidant dans le village d’à côté. Ce ne sera plus autorisé.

Selon Mme Lavoie, la multiplication des transports de toutes sortes, autres que scolaires, depuis quelques années oblige la CSE à revoir ses pratiques. « Ça devenait de plus en plus lourd (à gérer) et c’est aussi pour une question d’assurance », ajoute-t-elle.

Maison à école…

À sa base, la mission du transport scolaire est de transporter les élèves de la maison à l’école et de l’école à la maison.

La commission scolaire est cependant ouverte à certaines situations bien précises qui vont au-delà de ce mandat, pourvu que les jeunes soient déjà admissibles au transport scolaire. Il est ici question d’un arrêt différent à l’intérieur d’un même circuit, d’un déplacement pour réaliser des travaux scolaires (sauf les vendredis et la veille d’un congé scolaire), d’activités parascolaires interécoles et de stages liés à la formation.

La nouvelle pratique précise cependant que les parents devront adresser toute demande de changement avec un préavis d’au moins 24 heures pour éviter un risque d’erreur ou d’oubli.

Fait à noter, les parents recevront dans les prochaines semaines un mémo sur les nouvelles pratiques en matière de transport scolaire.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des