Étienne Francis se consacre aux lieux de culte

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet
Étienne Francis se consacre aux lieux de culte
On aperçoit ici deux pages traitant de l’église Sainte-Thérèse-de-l’Enfant-Jésus à Colombier. (Photo : Le Manic)

Baie-Comeau – De cuisinier à mécanicien, Étienne Francis est devenu un auteur prolifique à sa retraite en 2008. Il vient de publier un sixième ouvrage, un magnifique livre à connotation historique consacré aux lieux de culte de la Côte-Nord.

« Pour un mécanicien, je suis pas pire dans l’écriture », lance en riant le Baie-Comois, originaire de Rivière-au-Tonnerre, un village dont la magnificence de l’église tout de bleu tendre à l’intérieur est d’ailleurs reconnue.

Lieux de culte est sorti le 1er avril. Premier de deux tomes, il couvre le territoire compris de Tadoussac à Moisie, incluant Fermont, Schefferville, l’ancienne ville de Gagnon et quelques communautés autochtones.

Une quarantaine d’églises et de chapelles, dont certaines abandonnées au culte ou encore démolies au fil des ans, ont leur place dans le livre brillamment illustré. L’histoire de chacune est racontée.

« Au début, je voulais faire juste un livre avec l’image des églises, rien de plus. Puis ensuite, j’ai décidé d’aller prendre les photos intérieures. Puis je me suis dit tant qu’à avoir les photos intérieures, on va y aller avec l’histoire. Tant qu’à faire quelque chose, on va le faire comme il faut », explique l’auteur.

Des trouvailles

Les lecteurs pourraient y faire des trouvailles surprenantes, comme l’existence d’une superbe petite chapelle cachée en pleine forêt du côté des Escoumins et envahie aujourd’hui par la végétation.

Les anciennes chapelles de Manic-5, de Micoua et du lac La Loutre font aussi partie des anciens lieux de culte répertoriés par Étienne Francis.

Parlant de la chapelle du lac La Loutre, l’auteur a découvert qu’elle était fréquentée à l’époque par des familles de bûcherons de la rive sud établies dans le secteur. Elle serait aujourd’hui utilisée comme salle communautaire par les résidents du lac La Loutre.

Trois années de travail ont été nécessaires avant de lancer le premier tome. Une somme colossale d’heures a été consacrée à la recherche historique. « J’ai passé des journées entières aux archives à feuilleter les vieux journaux », raconte-t-il. L’auteur a photographié lui-même plusieurs des bâtiments qui y apparaissent, tandis que d’autres photos lui ont été fournies.

Devoir de mémoire

Si Étienne Francis a décidé de se lancer dans l’aventure du recensement des églises et des chapelles de la Côte-Nord, c’est après avoir réalisé que lors des nombreux voyages qu’il a faits au pays avec son motorisé ou encore en Europe, il ne manquait jamais de visiter les églises sur son passage.

« Partout où on va, on va voir les églises. Un bon dimanche, j’étais dans le sud du Québec et je me suis dit : j’ai envie de faire quelque chose pour chez nous, car on a des belles églises », raconte-t-il, en parlant de richesses patrimoniales.

« C’est un document historique. Je les ramasse (les églises) pour les garder en mémoire. Plusieurs ont 100 ans et plus. Il y en a que de dehors, ça ne dit rien, mais quand tu rentres, c’est des beautés d’église, des châteaux », confesse celui qui se promène de paroisse en paroisse pour aller présenter son livre et en laisser des copies en dépôt. Il est également disponible en librairie à Baie-Comeau et à Sept-Îles.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des