Lumière sur les géants du Saint-Laurent au CIMM de Tadoussac

Photo de Shirley Kennedy
Par Shirley Kennedy
Lumière sur les géants du Saint-Laurent au CIMM de Tadoussac
(Photo : Photo ©LiseGagnon.com )

Le Centre d’interprétation des mammifères marins de Tadoussac fourmille d’activités. L’équipe prépare avec fébrilité l’ouverture prévue le 1er août. Lorsque les portes de l’édifice de la Cale Sèche s’ouvriront ce samedi, les projecteurs seront tournés vers une collection de squelettes de baleines unique au Canada.
« Du jamais vu, un attrait maintenant de classe internationale dont l’on peut être fier », lance avec enthousiasme le chef d’orchestre de ce vaste projet de mise à niveau et directeur du CIMM, Patrice Corbeil.
Une somme de 1,5 M$ a été investie notamment dans l’agrandissement de la salle d’exposition, l’intégration des trois géants du Saint-Laurent, la modernisation de l’exposition et la mise en valeur des squelettes par un jeu d’éclairage novateur.
Bien que l’exposition des squelettes de baleines tienne le plus grand rôle de cette mise en scène qui promet d’en mettre plein la vue, il n’en demeure pas moins que l’un des attraits touristiques les plus visités sur la Côte-Nord, s’est refait une beauté grâce à ses partenaires financiers dont le Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM) qui a contribué à la hauteur de 20 % du projet, secondé par Patrimoine Canada, Développement économique Canada, Tourisme Québec, Tourisme Côte-Nord, la MRC de La Haute-Côte-Nord, sans oublier l’appui de la Municipalité de Tadoussac.
À ces bailleurs de fonds, s’est ajouté la semaine dernière, le ministère de la Culture et des Communications, confirmant un soutien financier d’environ 143 000 $ en plus d’officialiser un appui au CIMM dans sa mission d’institution muséale à vocation scientifique et technologique. Une contribution récurrente sur un horizon de 5 ans, appelée à augmenter au fil des ans, espère le directeur général du CIMM.
« Cette aide financière était prévue au budget mais avec la situation de la COVID-19, j’avoue que nous étions inquiets, confie Patrice Corbeil. Mais nous sommes très contents, en souhaitant obtenir davantage au cours des prochaines années. »
Passionné tout comme l’équipe chevronnée de son organisation, Patrice Corbeil se projette déjà à l’ouverture officielle de cette œuvre magistrale, prévue au printemps 2021. « Nous croyons au projet et croyons qu’il importe de sensibiliser la population à la présence, la beauté et la fragilité de ces animaux géants vivant dans notre magnifique fleuve Saint-Laurent. »
Cet attrait unique où le grandiose du fleuve Saint-Laurent côtoie la beauté et la fragilité, met en vedette le rorqual à bosses récupéré à Godbout en 2017, le rorqual commun découvert aux Bergeronnes en 2008 et « Piper », la baleine noire transportée en 2015 de Percé en Gaspésie, dont les fanions font deux mètres de longueur.
Soucieuse de respecter les normes sanitaires, l’équipe du CIMM limitera le nombre de visiteurs à la fois. Outre les éclairagistes qui sont toujours à l’œuvre afin « de mettre la touche finale » qui promet d’être spectaculaire, tout est à point ou presque. « Nous sommes prêts », trépigne d’impatience Patrice Corbeil.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des