Portneuf-sur-Mer déploie des initiatives pour protéger son banc de sable

Photo de Johannie Gaudreault - Initiative de journalisme local
Par Johannie Gaudreault - Initiative de journalisme local
Portneuf-sur-Mer déploie des initiatives pour protéger son banc de sable
Photo : Ulysse Rémillard

À la suite d’un été fort achalandé où les statistiques de fréquentation du banc de sable ont connu des sommets jamais atteints, la Municipalité de Portneuf-sur-Mer initiera des actions de sensibilisation auprès des utilisateurs du lieu dans les prochains mois. Entre le 15 juin et le 31 août, pas moins de 3 500 passages piétonniers y ont été répertoriés, soit pour s’y reposer, s’y baigner ou admirer le paysage.

Le conseil municipal de Portneuf-sur-Mer a tout d’abord adopté en séance ordinaire le 9 septembre une résolution limitant l’accès aux véhicules hors-route motorisés (quad, motocross, etc) sur le banc de sable pour la période de septembre et d’octobre.

Deux raisons motivent la municipalité à adopter cette position, soit l’objectif de protéger la faune et la flore présentes sur le banc, mais également dans le marais salé qui protège le territoire portneuvois des risques d’érosion. Le Comité ZIP de la rive-nord de l’Estuaire du St-Laurent a réalisé une caractérisation du marais salé en 2019 découlant d’un rapport présenté plus tôt en 2020.

Parmi les recommandations pour préserver le lieu, la limitation de l’accès aux véhicules hors-route fait partie des plus importantes. La période des mois de septembre et octobre représente un moment clé pour la migration des différentes espèces d’oiseaux. Une présence accrue d’ornithologues et de photographes a été observée dans les dernières années à ce moment.

L’incompatibilité entre le bruit des moteurs et la tranquillité nécessaire aux ornithologues a été mentionnée et remarquée à maintes occasions dans le passé, selon un communiqué de presse transmis par la municipalité de Portneuf-sur-Mer.

D’autres initiatives de sensibilisation seront menées dans les prochains mois avec les établissements scolaires du secteur et par l’envoi de brochures aux résidents situés près du banc de sable.

Finalement, en 2021, les accès piétonniers au banc de sable seront complètement reconstruits grâce à une subvention obtenue via le Programme de soutien à la mise à niveau et à l’amélioration des sentiers et des sites de pratique d’activités de plein air du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur.

Plus de détails dans le journal du 16 septembre.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Robert Lapointe
Robert Lapointe
3 années

Difficile de dissocier le projet de Skyspa du processus de changement de zonage à l’avance requis pour que le promoteur puisse faire avancer son projet d’affaires. Il est clair que ce projet est la vision préférentielle de nos élus au pouvoir. On présente le beau côté de la médaille, le tableau bucolique d’un spa éco touristique et les revenus associés… séduisant pour les citoyens évidemment !. Qu’en est-il des autres usages possibles qui pourraient être très utiles (comme l’habitation) et possiblement apporter plus de revenus ?
Pour moi il n’y a rien d’écologique à chauffer de grande quantité d’eau 365 jours par année pour la clientèle aisée majoritairement des boomers qui se paye un beau luxe. Aussi, je n’aime pas l’idée que la ville propose de louer pour 99 ans plutôt que de vendre le terrain au promoteur du spa. Pour moi, c’est une forme de partenariat d’affaires. En se fiant à l’étude de marché de l’Association des Spas du Québec, les trois principaux défis de l’industrie sont 1) la formation d’employés spécialisés 2) la fidélisation de la clientèle 3) la rentabilité. Personne peut affirmer qu’il n’y a aucun risque d’affaires ! En plus de l’aspect économique, il faudra aborder tardivement des questions comme un objectif 0 carbone et une étude environnementale à propos des espèces végétales et animale pouvant être menacées, l’impact de l’achalandage automobile, etc.
Par surcroît il est concevable que l’excitation se propage dans des ministères pour subventionner ce projet ! Comme disent les américains Your Taxes At Work !
Le projet sera présenté en détail à la population selon la méthode actuelle des élus au pouvoir. L’important c’est que la discussion commence tout de suite et que l’information complète soit fournie avant tout point de non retour ! .

Hugo Péloquin
Hugo Péloquin
3 années

M. Lapointe,

Je respecte votre position, par contre je me question sur l’argumentaire que vous servez à propos de l’aspect environnemental. Comment un commerce de cette envergure, (cherchant quiétude et site bucolique) pourrait avoir un impact environnemental plus grand que 170 résidences imposées par le PMAD ? L’environnement demeure un aspect très important et je crois que le projet est très intéressant. Le fait d’avoir une opposition organisée ne bloquera pas un projet de ce type, car présentement, si on l’écoutait cette opposition, la Ville de St-Bruno ne construirait que des maisons sur des terrains boisés en bordure de la montagne 😉

En ce qui me concerne voici mes arguments en faveur de ce centre:
1- Terrain: Ce terrain est actuellement un champ de phragmite (plante envahissante). Il ne s’agit pas d’un terrain boisé et protégé. Il a besoin d’une cure de nettoyage et d’un réaménagement. Ce que le centre offre: reboisement, mise en valeur, etc… De plus, si l’on pense aux ilots de chaleur, un quartier résidentiel aura un impact environnemental énorme vs un centre de ce type.

2- Riverains ouvert au projet: Comme mentionné lors d’une première rencontre, le centre assurera la quiétude du voisinage. Le promoteur ne veut pas entendre les tondeuses des citoyens, donc, la discrétion, la quiétude et le peu d’impact visuel pour le voisinage est intéressant. À l’inverse de St-Bruno-sur-le-lac, cela respecte les citoyens impactés par le projet.

3- Valeur des taxes: La valeur des taxes commerciales est plus élevée que pour le résidentiel. Selon les calculs, les revenus sont comparables, surtout si l’on tien compte des investissements qui seront nécessaire par la Ville ensuite (déneigement, entretien des rues, etc ) pour un quartier résidentiel vs un site commercial.

4- Attrait touristique: Attirer des gens chez nous, c’est aussi redonner aux commerces de la Ville. Des gens pourraient venir dans nos commerces et donner de la vie à notre centre-ville. Ceci est hypothétique, mais on doit en tenir compte. Cela permet aussi de diversifier l’offre et le type de commerce (SPA) cadre bien avec la « réputation » de notre Ville. Je suis conscient par contre, que les commerces offrant le même type de service dans la région pourraient en souffrir.

5-Circulation: 170 résidences peut représenter 780 déplacements de voiture aux heures de pointe sur un tronçon problématique en heure de pointe. Problème déjà soulevé par les démarches actuels pour le solutionner . Ceci dit, un spa va aussi créer de la circulation, mais ce phénomène sera répartit sur une plus grande période (ce n’est pas tous les touristes qui viendront aux heures de pointe….) Nous n’avons qu’à le voir avec le centre de ski… ce n’est pas un problème…

6- Création d’emplois: On parlait de création de 300 emplois… je trouve cela intéressant!

7- Risque d’affaire: Il y a un risque d’affaire assumer par le promoteur et non par la Ville. Le terrain appartenant toujours à la Ville en cas de problème, elle pourra le vendre. Donc, risque limité si on peut dire.

ON ne peut pas toujours attendre… moi, j’ai envie que les choses bougent et il est temps que St-Bruno cesse d’être la bête noire des investisseurs de ce type (investisseurs qui respectent les valeurs chères de notre Ville).

Robert Lapointe
Robert Lapointe
3 années

Monsieur Péloquin
A) Initialement tous les 8 riverains se sont dits en accord mais selon moi sans avoir vraiment eu tous les renseignements complets car personne ne les a à ce jour, même pas les autorités de la ville !
B) Vos renseignements par rapports aux taxes et revenus ne sont pas complets et peuvent être même inexacts. Le sujet est complexe !
C) Selon moi une personne qui prendrait un forfait au spa utiliserait les services sur place et peu de services au centre ville.
E) Ce serait tout un problème de revendre ou de démolir des piscines spa immenses et un hotel d’hébergement pour revendre le terrain advenant que la ville soit en mode reprise de terrain ! Et sans entrer dans plus de détail, il y a d’autres risques !
F) Lors de la consultation, il fut clairement dit que le changement de zonage se fera quoiqu’on dise et fasse. Alors en ce moment il n’y a aucun blocage sauf que le projet est questionné et contesté !
D’ailleurs le promoteur a une date limite pour faire et remettre de nombreuses informations. Les deux partis (Ville et le promoteur) peuvent se retirer du projet. Le promoteur a une date limite pour confirmer qu’il ira de l’avant ou qu’il se retire ! Le changement de zonage n’est pas ce qui me préoccupe le plus mais plutôt le manque de réponse à beaucoup de questions immédiates..
La méthode utilisée par nos élus au pouvoir … on va tout savoir plus TARD, rien n’est coulé dans le béton, dixit monsieur le Maire ! Du déjà vu !

Hugo Péloquin
Hugo Péloquin
3 années

Bonjour,

je n’ai effectivement pas tous les faits sous la main malheureusement. Par contre, ils sont prouvables. De plus la « méthode » utilisée demeure la consultation. C’est quand même bien de consulter les gens AVANT un projet et non après comme ce fut le cas sur St-Bruno-sur-le-lac. La méthode des élus du parti Montarvillois est plus ouverte et démocratique. La preuve, vous avez la possibilité de présenter vos arguments, ce qui n’était pas le cas avant. Donc, j’applaudis cette démarche, j’applaudis le projet et le progrès.

Robert Lapointe
Robert Lapointe
3 années

Monsieur Péloquin, voici un dialogue intéressant. Étiez-vous présent à cette soit disant consultation (2 fois car la première ne rencontrait pas les délai légaux et ou on a fourni très très peu de réponses) ? Il faut croire que vous n’étiez pas présent selon vos propos ci-dessous. C’était une consultation sur un changement de zonage uniquement mais on ne devait pas discuter du projet lui-même ! Incroyable On pouvait seulement dire essentiellement si on était pour ou contre le changement de zonage mais pas parler du projet ! La foule s’est imposée et l’auditoire l’a fait quand même malgré que le maire ne le désirait pas ! De plus cette consultation était tenue uniquement pour rencontrer les obligations légales du processus. Nous avons appris qu’aucun processus référendaire n’était possible sur ce changement de zonage qui allait de l’avant quoiqu’on dise !
Un citoyen très crédible a remis au maire un document expliquant les problèmes légaux sur ce projet dont entre autre l’aspect Sport Zoning. Monsieur le maire doit consulter ses avocats sur ces aspects légaux. Les sujets soulevés ne sont pas futiles !
Je comprend que vous aimez ce projet point final. Désolé de vous dire que selon ce que j’en sais, plusieurs problèmes vont se poser.. De plus après analyse commerciale complétées et les risques d’affaires soupesées, le promoteur va y penser fortement avant d’aller de l’avant. Selon monsieur le maire, le projet devra avoir l’acceptabilité sociale et ceci est loin d’être assurée..Rien n’est finalisé et même monsieur le maire en convient.
Je suis en train de relire l’entente de principe entre la Ville et le promoteur. Intéressant !
Salutations distinguées