Palier d’alerte : le député Ouellet parle plutôt d’un orange foncé ou d’un rouge pâle pour la Côte-Nord

Par Charlotte Paquet 3:10 PM - 03 février 2021
Temps de lecture :

Le député Martin Ouellet aurait espéré davantage d’ouverture du gouvernement pour la région.

Même s’il accueille avec soulagement la fin du mur à mur dans le confinement au Québec, le député Martin Ouellet reste d’avis que la Côte-Nord aurait mérité un meilleur sort avec des assouplissements plus marqués.

Au lendemain de l’annonce par le premier ministre François Legault du retour de la région en zone orange, le représentant de René-Lévesque à l’Assemblée nationale affirme plutôt que le nouveau palier d’alerte oscille de l’orange foncé ou rouge pâle.

« Ce n’est pas un vrai orange », insiste-t-il, en faisant référence aux contraintes sévères qui demeurent par rapport à celles qui prévalaient avant les Fêtes en zone orange. Il rappelle que le nombre de cas à la fin de l’automne était pourtant plus élevé qu’actuellement en région.

Avec seulement deux nouvelles personnes infectées au cours des sept derniers jours, les seuls cas actifs dans les faits, le député se serait attendu à plus pour la Côte-Nord. « On aurait pu avoir d’autres possibilités d’assouplissements. »

Il fait notamment référence au retour en classe des étudiants du secondaire chaque jour, à la reprise des activités sportives organisées, comme le hockey ou encore les cours de danse, et à la possibilité de se réunir en groupe restreint.

Martin Ouellet ne comprend pas non plus le maintien d’un couvre-feu dans une région où la situation épidémiologique ne le justifie pas, selon lui. « Est-ce que le couvre-feu est vraiment nécessaire? Dans le cas de la Côte-Nord, pourquoi on ne l’a tout simplement pas fait sauter. »

Que le Saguenay-Lac-Saint-Jean et l’Abitibi-Témiscamingue se trouvent au même palier d’alerte que la Côte-Nord, ça aussi, le député n’y comprend rien. D’après lui, il n’y a aucune similitude entre notre région et les deux autres dans le contexte de la pandémie.

Ouvrir son jeu

Par ailleurs, le gouvernement doit dévoiler très rapidement sa prochaine étape de déconfinement s’il veut garder l’adhésion des Nord-Côtiers au respect des consignes sanitaires, croit l’élu.

Faut-il rappeler que François Legault a indiqué aux Québécois qu’il leur faudra patienter jusqu’au 22 février avant d’espérer de nouvelles mesures d’atténuation. Martin Ouellet refuse d’attendre deux ou trois semaines.

« J’aimerais savoir la prochaine étape, c’est quand et c’est quoi pour encourager et dire à la population lâchez pas », explique celui qui est d’avis que le gouvernement a tout avantage à être transparent le plus possible.

Partager cet article