Charte des régions: le Parti libéral veut mettre fin au mur à mur

Par Shirley Kennedy 9:00 AM - 06 avril 2021
Temps de lecture :

La cheffe du Parti libéral du Québec, Dominique Anglade a initié la création de la Charte des régions. Photo : Courtoisie

Une dizaine de citoyens, d’élus ainsi que de représentants de divers organismes et organisations de la Côte-Nord, ont participé le 30 mars à la consultation virtuelle de la Charte des régions, une initiative de la cheffe du Parti libéral du Québec, Dominique Anglade. Trois grands principes ont guidé la discussion, tel que le rapporte Maxime Doyon-Laliberté par voie de communiqué.

L’instauration de nouveaux mécanismes de consultation des acteurs régionaux, la modulation des actions du gouvernement selon la réalité de chacune des régions, et les possibles outils à adapter pour le développement régional, sont les trois axes mis de l’avant au cours de cette rencontre « non partisane et gratuite » tel que précisé dans la missive de l’organisation libérale émise la semaine dernière.

Enjeux locaux
En entrevue au Journal Haute-Côte-Nord, le président du groupe de travail sur la Charte des régions au sein du Parti libéral du Québec et animateur des consultations, François Villeneuve, confirme que le projet de pont sur le Saguenay a été évoqué par les participants.

« Aussi, toute la question de la disparité entre les différentes MRC de la région a été abordée. Les enjeux ne sont pas les mêmes et lorsque on essaie de développer la région dans le cadre d’une vision entièrement régionale, il faut quand même tenir compte de la disparité de chaque MRC », mentionne l’animateur des consultations amorcées au début du mois de mars.

Pour l’instant, le rôle de la tournée de consultation qui prend fin le 7 avril, en est un d’écoute.

« On ne conclut rien, ajoute M. Villeneuve. On ne prend pas d’engagements non plus. Nous ne sommes pas encore dans la période d’élaboration de la Charte. Nous allons soulever ce que les gens ont dit selon les principes et enjeux qui sont ressortis dans chaque région afin de proposer des solutions concrètes et adaptées aux particularités des régions pour ultimement mettre fin au mur à mur, tel que préconisé par madame Anglade. »

Partager cet article