École Notre-Dame-du-Sacré-Coeur : une collation santé par jour grâce à Boisaco

Par Johannie Gaudreault 2:27 PM - 08 avril 2021
Temps de lecture :

Voici les élèves de la classe de Mme Nada Deschênes, qui ont préparé des cartes de remerciements thématiques pour les dirigeants de Boisaco, nouveau partenaire du projet de collations santé à l’école Notre-Dame-du-Sacré-Coeur. Photo : CSSE

Une collation santé par jour jusqu’à la fin de l’année scolaire, c’est ce que la contribution financière de 6 000 $ remise par Boisaco permettra d’offrir aux élèves de l’école Notre-Dame-du-Sacré-Coeur de Sacré-Coeur.

« Alors que la troisième orientation de son projet éducatif consiste à favoriser un environnement propice aux saines habitudes de vie, l’école Notre-Dame-du-Sacré-Cœur a instauré, il y a quatre ans, un projet de collations santé, qui s’étendait habituellement du début de l’année scolaire jusqu’à la semaine de relâche », explique l’agente aux communications au Centre de services scolaire de l’Estuaire (CSSE), Patricia Lavoie.

Pour ce faire, l’établissement scolaire investissait annuellement une somme de 4 000 $ qui lui permettait de couvrir une partie de l’année scolaire.

« Pour les mois suivants, nous souhaitions que les élèves développent eux-mêmes l’habitude d’apporter une collation », souligne la directrice de l’école, Michèle Pilon, qui se réjouit qu’un partenaire tel que Boisaco permette la poursuite du projet, particulièrement cette année où la pandémie affecte les familles à divers niveaux.

Informée de la volonté du groupe Boisaco de redonner à la communauté, Mme Pilon n’a pas hésité à solliciter sa générosité et « salue l’accueil reçu ainsi que l’implication de l’entreprise forestière dans le mieux-être des élèves », selon Mme Lavoie.

Plus de variété

Le support de Boisaco permettra notamment d’offrir une plus grande variété dans le choix des collations quotidiennes. « Les sous de notre nouveau partenaire permettront de consacrer entre 1,00 $ et 1,25 $ pour chacune des 160 portions quotidiennes, alors qu’avec notre budget école, nous prévoyions plutôt entre 0,50 $ et 0,80 $ par collation afin de pouvoir étaler le projet sur la plus longue période possible », divulgue la directrice.

Cette dernière souligne au passage « la magnifique implication » d’un autre partenaire du projet, soit Billy Hovington et son équipe de la bannière Intermarché.

Heureux lui aussi de cette opportunité de poursuivre le projet jusqu’en juin, M. Hovington a indiqué qu’en plus des fruits et des légumes, les prochaines collations pourraient parfois prendre la forme de croissants, de muffins ou de fromages, par exemple.

Développement de compétences

En plus des partenaires financiers et alimentaires du projet, Michèle Pilon compte également sur le soutien et le travail de l’éducatrice Shirley Dufour, qui investit du temps dans le projet de collations en compagnie de Nataniel Deschênes, un élève en adaptation scolaire qui s’assure de la distribution du bon nombre de portions dans chacun des groupes.

En compagnie de son éducatrice, Nataniel s’occupe également de l’aspect de la désinfection des bacs et de la manipulation dans le plus grand respect des consignes sanitaires.

« Grâce à ce projet, notre élève peut intégrer différents concepts mathématiques ainsi que des apprentissages à bien
d’autres niveaux et quelle fierté de l’entendre dire à l’interphone : la collation est prête! », affirme la directrice de l’école sacré-coeuroise.

Partager cet article