Éric Levasseur, accusé du meurtre de sa conjointe, reviendra en cour le 5 mai

Par Karine Dufour-Cauchon 11:34 AM - 13 avril 2021
Temps de lecture :

Photo tirée de Facebook – Éric Levasseur de Notre-Dame-des-Monts

Éric Levasseur, 46 ans, fait officiellement face à un chef d’accusation de meurtre au second degré sur sa conjointe. Il a comparu de façon virtuelle ce mardi, 13 avril.

Il a écouté de l’autre côté de l’écran la liste des 44 personnes avec lesquelles il a une interdiction de contacts. Éric Levasseur demeure détenu pour la suite des procédures judiciaires. L’accusé ne s’est pas adressé à la cour.

Le juge Jean R Beaulieu a ordonné que le dossier revienne virtuellement au palais de justice de La Malbaie pour cheminer à l’étape préliminaire.

Des proches de la victime, Carolyne Labonté, 40 ans, étaient présents par visioconférence.

Photo tirée de Facebook – la victime Carolyne Labonté.

Le dossier ne cheminera pas à la Cour du Québec. Les dossiers de meurtres sont traités sous la juridiction de la Cour supérieure.

Selon le Code criminel, les meurtres qui ne sont pas prémédités sont considérés comme des meurtres au deuxième degré. Seuls les meurtres avec intention préméditée sont considérés au premier degré.

À cette étape du processus judiciaire, l’enquête laisse donc croire qu’il ne s’agissait pas d’un acte prémédité.

Levasseur fait également face à des accusations relativement à une infraction sur une arme à feu tronçonnée. Il est accusé d’en avoir eu la possession sur soi, dans son véhicule et dans sa résidence, entre le 15 février et le 18 mars 2021. Il avait déjà comparu une première fois le 27 mars à ce chef.

Rappelons que le lundi 12 avril, l’individu avait été arrêté par la Sûreté du Québec. Il était déjà dans un centre de détention le temps de l’enquête. Le scénario du décès «par suicide» de sa conjointe n’a pas convaincu les coroners. Après analyse, les experts ont déterminé que la mort de Carolyne Labonté résultait d’un homicide.

Pour plus de détails sur l’arrestation, cliquez ici. La nouvelle a aussi fait réagir la communauté de Charlevoix.

Partager cet article

À lire également


À découvrir