La vaccination des 5 à 11 ans doit s’accélérer à l’approche des fêtes

Par Charlotte Paquet 3:17 PM - 07 Décembre 2021
Temps de lecture :

Le directeur de santé publique de la Côte-Nord, le Dr Richard Fachehoun, indique les cinq principales raisons de vacciner les enfants de 5 à 11 ans.

Avec les rassemblements de Noël et du jour de l’An qui approchent, la Santé publique de la Côte-Nord lance un appel pressant à la vaccination des enfants de 5 à 11 ans contre la COVID-19. Pour éviter une hausse des infections et des hospitalisations en janvier, les parents doivent passer à l’action en inscrivant leur progéniture.

Avec à peine 28,7 % des quelque 6 000 enfants de la Côte-Nord vaccinés en date du 7 décembre, la région est loin du compte. « Cette couverture-là ne nous permet pas d’atteindre nos objectifs à très court terme », déplore le Dr Richard Fachehoun, directeur de santé publique, qui fixe plutôt la cible à 60 % d’ici les fêtes.

La vaccination des jeunes est commencée depuis le 24 novembre dans la région. Aux cliniques organisées un peu partout sur le territoire, d’autres s’ajoutent en milieu scolaire à compter de cette semaine. Or, la réponse des parents déçoit.

Pourtant, la semaine dernière, ces derniers ont été informés par lettre sur les façons de faire pour la prise de rendez-vous de leurs enfants (Clic Santé, le 1 877 644-4545 ou le consentement écrit à la vaccination à l’école). Or, leur retour n’est pas à la hauteur des attentes de la Santé publique, qui les invite à agir.

« On s’attendait, c’est vrai, d’avoir plus d’inscriptions en milieu scolaire », avoue le médecin, qui rappelle que plusieurs écoles primaires de Baie-Comeau ont été touchées par des éclosions de COVID-19 en octobre et en novembre, contrairement aux écoles secondaires, où la majorité des étudiants sont vaccinés.

Cinq raisons

« On sait que les parents se posent des questions », souligne le Dr Fachehoun, qui veut leur apporter des réponses en énumérant cinq raisons de vacciner les enfants de 5 à 11 ans. Il espère ainsi susciter une décision éclairée et une hausse du taux de vaccination.

  • Réduit le risque d’infection alors que les éclosions en milieu scolaire sont à la hausse au Québec. Les enfants infectés sont peu malades, soit!, mais le risque de maladies inflammatoires demeure.
  • Éviter l’isolement et ses conséquences en cas d’éclosion. « Quand un enfant est vacciné, il pourra continuer sa fréquentation scolaire et ses activités parascolaires, ce qui améliore son développement », souligne le médecin.
  • Protéger les autres membres de la famille, incluant les plus jeunes de moins de cinq ans qui n’ont pas accès au vaccin.
  • Les vaccins sont efficaces et sécuritaires. Leur taux d’efficacité contre la COVID-19 est de 90 %.
  • « On a besoin de cette vaccination pour diminuer les risques de propagation dans la période des fêtes », conclut le directeur de santé publique.

Partager cet article