Marilène Gill défendra le développement économique de la Manicouagan à Ottawa

Par Colombe Jourdain 1:45 PM - 04 février 2022
Temps de lecture :

Marilène Gill a discuté des priorités pour favoriser le développement économique de la région avec la CCIM dans une rencontre virtuelle. Crédit photo: Bernard Thibodeau, Chambres des communes.

La Chambre de commerce et d’industrie de Manicouagan (CCIM) a soumis sa liste de priorités pour le développement économique de la région à la députée de Manicouagan, Marilène Gill, lors d’une rencontre virtuelle.

La CCIM et la députée se sont entendus sur les points les plus importants à défendre à Ottawa en termes d’économie régionale. D’abord, l’organisation et l’élue sont d’avis que les procédures administratives reliées aux programmes de la pandémie sont astreignantes pour les entrepreneurs.

« La CCIM propose aussi que le gouvernement fédéral ajoute au Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes (CUEC) un montant de 15 000$ remboursable ainsi qu’un montant de 5 000$ non-remboursable ». Cette demande formulée au gouvernement fédéral permettrait aux entreprises d’ici de « faire face à une éventuelle prochaine vague », signale Mme Gill.

Développement économique Canada (DEC) est également ciblé dans les demandes appuyées par la députée qui souligne que « les particularités régionales ne sont pas prises en compte par DEC, plusieurs projets de la MRC de Manicouagan sont malheureusement écartés de toute possibilité de financement ».

La députée déplore également la centralisation des services en immigration. C’est un obstacle à la venue d’immigrants qui « doivent partir de la Côte-Nord pour se rendre à Québec ou à Montréal », pour finaliser leur dossier d’immigration.

La CCIM partage également la position de la députée, élue dernièrement au Comité des Affaires autochtones, à l’effet que la communauté de Pessamit peut faire partie de la solution à la pénurie de main-d’œuvre. Toutefois, « un problème demeure entre autres : l’absence de transport collectif adéquat entre la communauté et la ville centre de Baie-Comeau ». Marilène Gill sollicite des fonds d’Ottawa pour développer ce projet.

 Le dernier point sur la liste des demandes des deux parties est le désenclavement de la Côte-Nord. Cette demande est à l’ordre du jour de plusieurs élus de la Côte-Nord et ce, depuis plusieurs années.

Partager cet article