Campeurs évincés au lac Laval: les ministères persistent et signent

Par Shirley Kennedy 10:30 AM - 02 août 2022
Temps de lecture :

Nancy Therrien et Dany Langelier ont investi près de 60 000 $ sur cette maison mobile depuis 2004.

« Il n’est pas demandé de déplacer leur roulotte, mais plutôt de rendre les équipements conformes », affirme Stéphane Desmeules, directeur des communications au ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN) ainsi qu’au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP).

C’est le 26 juillet que le relationniste de presse a répondu aux questions acheminées par le Journal Haute-Côte-Nord concernant la contestation de Nancy Therrien et Dany Langelier, installés au camping du lac Laval sur la zec de Forestville, face à l’avis d’éviction qu’ils ont reçu du MFFP ayant fait l’objet d’un reportage dans notre édition du 20 juillet.

Le porte-parole confirme que la réglementation sur les zones d’exploitation contrôlée de chasse et de pêche a été adoptée en 2004 et modifiée en 2012 afin de clarifier la nature des équipements de camping sur les zecs, exigeant des installations mobiles, temporaires et non attachées au sol.

Monsieur Desmeules refuse de parler d’un cas d’espèce en ce qui concerne la situation du couple Therrien-Langelier, qui à l’instar d’autres campeurs du lac Laval, ont obtenu la permission de la zec de Forestville, via une résolution appliquée entre 2003 et 2007, d’installer une roulotte permanente au camping du lac Laval selon des critères définis.

Selon Nancy Therrien, quatre autres campeurs se sont prévalus de cette opportunité à l’époque. « Avant il n’y avait pas de règlements pour les habitations motorisées sur les terrains de camping par le MFFP. Il en revenait aux zecs d’en établir. Alors pourquoi revenir en arrière de 13 ans ? » se questionne-t-elle.

Selon la réponse obtenue du représentant des ministères, un organisme gestionnaire de zec n’a aucun pouvoir d’autoriser un usager à construire et occuper un emplacement de camping avec des infrastructures permanentes.

En 2023, la période de sursis accordée aux campeurs des zecs afin de rendre conformes leurs équipements et accessoires au Règlement sur les zones d’exploitation contrôlée de chasse et de pêche prendra fin.

Consultez le journal Haute-Côte-Nord pour un reportage complet.

Partager cet article