Protection de la faune : l’escouade présente un bilan prometteur

Par Shirley Kennedy 12:00 AM - 07 février 2016
Temps de lecture :

Forestville – Après deux ans, l’escouade régionale en protection de la faune dresse un bilan très positif de sa saison 2015. Les assistants à la protection de la faune ont effectué un total de 1 790 heures de protection, sur onze territoires fauniques structurés de la région.

Des répercussions très positives se font sentir sur plusieurs zecs de la Côte-Nord, depuis l’arrivée sur le terrain, de l’escouade régionale en protection de la faune. Notamment au chapitre des revenus qui ont augmenté, ainsi qu’au niveau de la déclaration des captures.

Rappelons que l’escouade a été mise sur pied par le Regroupement des gestionnaires de zecs de la Côte-Nord (RGZCN) pour permettre aux territoires fauniques de la région de s’acquitter de leurs obligations en protection, par une mise en commun des ressources. Ce modèle précurseur permet de gagner en efficacité. Cette année, les assistants de l’escouade régionale ont produit 68 % des dossiers générés par tous les assistants sur la Côte-Nord, et 96 % des dossiers générés sur les territoires qu’ils ont visités.

En parcourant le territoire lors de ses opérations, l’escouade a fait la vérification de plus de 1 700 individus, ce qui a mené à 64 chefs d’accusation. Les amendes découlant de ces accusations pourraient totaliser plus de 19 000 $. Au total, 27 % sont des infractions classées « dommageables » ou « très dommageables ».

L’escouade est maintenant prête à élargir ses activités. « Pour cette deuxième année, nous souhaitions avant tout consolider notre modèle d’escouade et augmenter notre efficacité. Il n’est pas si simple de faire de la protection sur 11 territoires différents et cela demande une révision des façons de faire habituelles. Nous sommes maintenant prêts à desservir de nouveaux territoires pour 2016 et nous espérons pouvoir signer des ententes prochainement », explique Julie Tremblay, coordonnatrice au RGZCN.

Une campagne de sensibilisation a aussi été entamée cet automne, avec la distribution d’un dépliant expliquant les principales règles qui sont méconnues des usagers et qui mènent régulièrement à des situations d’infractions. « Nous sommes fiers de contribuer à la réduction du nombre de situations d’infractions sur les zecs, par des mesures éducatives et non seulement répressives. Il est important pour nous de donner les outils à nos utilisateurs pour leur éviter d’être en infraction », explique Mme Josée St-Pierre, présidente du RGZCN.

Partager cet article

À lire également


À découvrir