L’usine des Crabiers du Nord devient une chef de file

Par Shirley Kennedy 12:00 AM - 22 mars 2016
Temps de lecture :

Portneuf-sur-Mer – L’usine des Crabiers du Nord de Portneuf-sur-Mer a obtenu, en 2014, la certification internationale Global Food Safety Initiative (GFSI). Un sceau européen gage de qualité, répondant à des critères très rigoureux en matière d’équipements, entretien des bâtiments et surtout au niveau des points de contrôles à toutes les étapes de production.

Cette distinction unique qu’a mérité l’usine portneuvoise, ne s’est pas faite en un jour, on s’en doute. Au terme de nombreux ajustements matériels et d’investissements importants, la certification GFSI permet désormais à l’usine des Crabiers du Nord, de se positionner comme chef de file au Québec, des usines de transformation des produits de la mer. « Depuis 5 ans, nous avons investi près de 7 millions de dollars afin de moderniser toutes les lignes de production après avoir construit trois puits aériens qui nous permettent d’être indépendants au niveau de l’alimentation en eau potable », explique le directeur général et actionnaire des Crabiers du Nord, Gilles Gagnon.

On parle ici d’une usine multi-espèces qui transforme le crabe des neiges, la mactre de Stimpson, le buccin, le turbot, le flétan et qui effectue la mise en conserve.
Bien que les impacts financiers sont envisagés à moyen et long terme en regard de ce sceau de qualité, il n’en demeure pas moins que pour l’instant, cette spécificité de l’usine de Portneuf-sur-Mer représente davantage un standing. « Même si les autres usines au Québec n’ont pas vu la nécessité d’entamer le processus en vue de la certification, elles écoulent leur stock quand même. Mais nous sommes à l’avant-garde et cela nous servira certainement dans l’avenir », ajoute Gilles Gagnon. À preuve, le géant de l’alimentation Métro exige la certification GFSI de même que certains clients du Québec, des États-Unis et de l’Asie. Avec le libre-échange qui promet d’être avantageux pour l’entreprise, messieurs Gagnon et Jean lorgnent du côté du marché européen, où du démarchage a déjà été réalisé.

Actuellement, Les Crabiers du Nord emploient 70 personnes (usine et administration), résidant entre Colombier et Les Escoumins. L’entreprise achète l’approvisionnement du groupe de pêcheurs actionnaires mais également des pêcheurs qui sillonnent le fleuve entre Natashquan et Les Escoumins.
Un partenariat judicieux avec les nations autochtones d’Essipit, Pessamit et Uashat Malioténam permet à l’entreprise de s’assurer de l’approvisionnement en matière première, tout en bénéficiant de précieuses relations sur les divers paliers gouvernementaux. « Les impacts de notre association avec les Premières Nations sont positifs à plusieurs niveaux et relèvent d’une gestion saine et respectueuse », ajoute Gilles Gagnon.

Pêcherie Manicougan, Les Crabiers du Nord et le Groupe UMEK à Sept-Îles, sont trois entités distinctes dirigées par les mêmes actionnaires. Sise à Baie-Comeau, l’entreprise Pêcherie Manicouagan représente le bureau des ventes des Crabiers du Nord et d’UMEK. L’ancienne poissonnerie construite dans le Secteur-Est il y a 35 ans a été démolie et fera place à un nouveau concept poissonnerie-resto bistro, un peu à l’image de celle située aux Escoumins. Les Crabiers du Nord sont composés d’un groupe de pêcheurs actionnaires, trois commaunautés autochtones ainsi qu’un consortium indépendant qui est formé d’une partie des actionnaires de Pêcherie Manicouagan, soit Jacquelin Savard, Gilles Gagnon et Roger Savard.

Partager cet article