Un projet unique et novateur : des jeunes initiés au bénévolat dès la maternelle

Par 12:00 AM - 29 mars 2016
Temps de lecture :

Forestville –  Véritable précurseur dans son domaine, le Centre d’action bénévole (CAB) Le Nordest  continue d’innover. Initiateur du projet Les jeunes bénévoles grâce à la collaboration de l’école St-Luc de Forestville, le CAB Le Nordest, inculque le bénévolat à 30 jeunes. Amorcé l’an dernier avec deux classes de maternelle, le projet s’échelonnera sur sept ans et se terminera à la fin des études primaires des jeunes.

Créé de toute pièce par l’équipe du Centre d’action bénévole Le Nordest, le projet Les jeunes bénévoles, suscite déjà l’intérêt du milieu et pavera assurément la voie à d’autres initiatives du genre. « Nous avons débuté timidement l’an dernier puisque les enfants n’avaient que 6 ans, ajoute la directrice générale du Centre d’action bénévole Le Nordest, Hélène Brochu. Nous commençons à les sensibiliser à l’action bénévole au niveau de leur famille: aider la grand-maman, rendre service à papa, etc..». Et bien sûr, la notion de bénévolat doit être assimilée dans son intégralité, c’est-à-dire aider et rendre service sans rien recevoir en retour.

L’an dernier, les bénévoles en devenir ont illustré en dessins, les différentes actions bénévoles qu’ils ont accomplies. Pour l’an 2 du projet, les actions seront tournées vers la communauté.  « Lorsque nous les avons rencontrés l’automne dernier pour amorcer la 2e année du projet, on leur a fait dessiner des macarons qui allaient servir à la distribution des popotes roulantes. Ils se souvenaient de nous et de l’action bénévole », ajoute Mme Brochu.

Pour accompagner le projet, l’équipe du CAB Le Nordest a créé le cahier du participant, un cahier personnel qu’ils ont eux-mêmes dessiné. Cette année, les futurs bénévoles deviendront des détectives de l’action bénévole et pourront s’appuyer sur le cahier du détective, élaboré par le CAB Le Nordest.

« Nous allons évoluer avec l’enfant dans le temps, précise Mme Brochu. Nous ce qu’on veut voir avec ce projet-là, c’est le résultat en bout de ligne. Et c’est un travail d’équipe, de la coordonnatrice des bénévoles, aux animatrices en collaboration avec les professeurs qui ont accepté de nous laisser entrer dans leur dynamique ».

À long terme, Hélène Brochu souhaite aller plus loin, parler aux parents de ces bénévoles en éprouvette. «Nous allons les initier par d’autres actions à l’extérieur. Nous avançons tranquillement dans le programme mais déjà, des gens commencent à nous approcher pour exporter l’initiative ailleurs ».

Partager cet article