Fermetures chez Desjardins: « La classe politique n’a fait aucune pression » – Micheline Anctil, préfète de la MRC HCN

Par Shirley Kennedy 12:00 AM - 12 avril 2016
Temps de lecture :

Solidaires dans l’adversité, les maires de la Haute-Côte-Nord font les pressions qui s’imposent afin que les répercussions soient minimisées au maximum à la suite de la décision de la Caisse du Centre de La Haute-Côte-Nord de fermer les centres de services de Longue-Rive, Portneuf-sur-Mer et Colombier.

Forestville – Depuis l’annonce vendredi dernier, de l’intention des dirigeants de la Caisse du Centre de La Haute-Côte-Nord, de fermer les centres de services de Longue-Rive, Portneuf-sur-Mer et Colombier, les réactions fusent de toutes parts. À titre de préfèt de la Haute-Côte-Nord, Micheline Anctil, au nom du conseil des maires, a fait part de la solidarité des élus des autres municipalités du territoire face à la situation que vivent les trois municipalités dévitalisées de la MRC.

En premier lieu, Micheline Anctil a confirmé au Journal, qu’une assemblée extraordinaire a été tenue lundi dernier sur le sujet. Par voie de résolution, le conseil des maires de la Haute-Côte-Nord demande au Mouvement Desjardins, en l’occurrence la Caisse du Centre de La Haute-Côte-Nord, le maintien des services minimaux dans chaque paroisse. « On entend par ceci, une présence physique par l’entremise d’une agente, dans un horaire connu à l’avance pendant lequel les citoyens qui auront le besoin de s’adresser à une agente pourront le faire », ajoute Mme Anctil.

Bien sûr, les maires sont très déçus, voire inquiets de la situation, rapporte le préfèt de la MRC HCN. « Ce qui arrive dans ces petites communautés-là, ça fragilise les services de proximité. C’est déjà difficile d’être attractif dans ces petits villages-là pour attirer des citoyens et des entreprises. Alors lorsque des écoles ferment et que des églises sont en danger, c’est d’une très grande inquiétude ». Bien qu’elle adhère au fait que les jeunes générations utilisent davantage la technologie, Micheline Anctil précise que ce n’est pas tout le  monde. « Il y a beaucoup de personnes âgées qui n’ont pas de voiture pour se déplacer » ajoute-t-elle.

Zéro pression

Micheline Anctil déplore également les faussetés véhiculées sur les réseaux sociaux, à l’effet que les administrateurs de la Caisse du Centre de La Haute-Côte-Nord aient subi des pressions politiques afin que les services soient centralisés à Forestville. « Je démens ça fortement. C’est une décision unique des administrateurs qui sont élus pour gérer la caisse. La décision qui s’est prise en est une unilatérale des administrateurs ».

Partager cet article