Une saison qui s’annonce riche en petits fruits bleus

Par Shirley Kennedy 12:00 AM - 26 juillet 2016
Temps de lecture :

Mario Tremblay, propriétaire de bleuetières à Longue-Rive, Portneuf-sur-Mer et Forestville, entouré de Marco Chavabria (à droite) et de son collègue venu expressément du Mexique pour la pollinisation des bleuetières.

Longue-Rive – Bien que considérée aléatoire il y a une quinzaine d’années, la pollinisation des bleuetières a fait ses preuves. Alors qu’ils doivent composer avec le climat difficile qui met souvent en péril leur production, les producteurs de bleuets ont raffiné leurs interventions afin que la récolte soit au rendez-vous.

Propriétaire de trois bleuetières situées sur le territoire de la Haute-Côte-Nord depuis une quinzaine d’années, Mario Tremblay de Longue-Rive fait appel  à Intermiel depuis trois ans. Très satisfait du travail de Marco Chavabria, M. Tremblay entrevoit lui aussi, une saison exceptionnelle.

Propriétaire de 800 acres dispersés à Longue-Rive, Portneuf-sur-Mer et Forestville, Mario Tremblay vend sa récolte moyenne annuelle de 600 000 livres à Bleuets Fortin & Fils de Dolbeau.

Le Royaume bientôt détrôné?

Si la tendance se maintient, la Côte-Nord pourrait déloger le Lac-Saint-Jean, à titre de plus gros producteur de bleuets nains sauvages de la province. La raison: le potentiel nord-côtier est énorme, selon Guy Grenon, technicien agricole au ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ), région Côte-Nord. « Le potentiel va au-delà des 50 000 hectares, précise M. Grenon.  On a développé des bleuetières de superficies assez importantes à Longue-Pointe-de-Mingan et à Havre-St-Pierre ». À titre comparatif, il y a près de 30 000 hectares de bleuets sauvages cultivés au Saguenay-Lac-St-Jean.

Statistiques du MAPAQ

À elles seules, les régions de la Côte-Nord et du Saguenay- Lac-St-Jean fournissent entre 90 et 95 % de la production de bleuets du Québec.

Selon des données compilées par Pascal Lavaute du MAPAQ (mises à jour le 22 février 2016), la superficie des bleuetières aménagées sur le territoire de la Côte-Nord a triplé en dix ans, passant de 1 227 hectares (2002) à 4 595 hectares(2015).

Bien qu’elle ait connu une hausse considérable de la superficie des bleuetières aménagées, la région du Saguenay-Lac-St-Jean est demeurée plus stable avec 18 300 hectares (2002) pour 29 030 hectares en 2015.
Cependant, le nombre d’exploitations aménagées est presque dix fois plus élevé au Saguenay-Lac-St-Jean que sur la Côte-Nord.

En 2015, ce sont plus de 23 millions de kg qui ont été récoltés dans les bleuetières du Québec, engendrant des revenus de 30.5 M$. La cueillette en forêt a quant à elle généré des revenus de 4.6 M$ pour près de 2 millions de kg amassés par les cueilleurs.

La moyenne des cinq dernières années indique un revenu de 43.6 M $ en bleuetière et 6.8 M$ pour la cueillette en forêt.

Le prix du petit fruit bleu a connu nombre de fluctuations au cours des années. En 2006, le prix moyen du bleuet récolté sur une bleuetière est monté jusqu’à 2,95 $ du kg. C’est en 2009 que les producteurs ont connu une saison de vache maigre avec un prix moyen de 0,77 $ du kg.

Partager cet article