Les météo-sensibles ont maintenant leur application

Par 12:00 AM - 11 août 2016
Temps de lecture :

Marie-Lou De Champlain, Laurie Baron et le Dr Stéphane Trépanier posent au côté du nouveau logo de la Table intersectorielle régionale en saines habitudes de vie.

Baie-Comeau — Si la pluie du mois de juin a fait grincer vos articulations, sachez qu’une nouvelle application gratuite vous permet de planifier vos sorties en fonction de l’impact que les conditions météorologiques pourraient avoir sur votre corps.  

L’application est pour l’instant réservée aux personnes qui souffrent de migraines, d’hypertension, d’allergies et de problèmes articulaires, respiratoires et cardiaques. Une fois téléchargée dans un cellulaire, elle calcule dans un rayon de 10 km les facteurs environnementaux qui peuvent aggraver ces troubles. Parmi ces facteurs aggravants, on trouve la pression atmosphérique, la vitesse du vent et les variations de température.

« Nous savons depuis longtemps qu’il existe un lien entre la météo et la santé. Certaines personnes se plaignent de douleurs articulaires ou de migraines lorsque le taux d’humidité augmente et que la pression barométrique joue au yoyo. L’application Blisly aidera les gens à mieux planifier leurs activités tout en faisant avancer la recherche », souligne l’un de deux créateurs  de l’application, la météorologue Jocelyne Blouin.

Fonctionnement

Pour élaborer cette application, Mme Blouin et l’ancien directeur du département météo d’une grande chaine télévisée belge, Jean-Charles Beaubois, ont compilé les données de plusieurs études scientifiques sur l’impact de la météo sur la santé. Cette analyse a été réalisée en collaboration avec l’Hôpital Sacré-Cœur de Montréal.
Les niveaux de risque sont évalués sur une échelle de 1 à 4. Au bout de six mois d’utilisation, les données collectées (qui restent confidentielles) permettront de produire un indice personnalisé, avec une échelle de risque allant de 1 à 10.

Cette option n’est toutefois pas possible pour les personnes touchées par des problèmes articulaires en raison du manque d’études sur la corrélation entre ces problèmes et la météo. Les concepteurs espèrent donc que les données entrées dans  l’application par des gens touchés par ces problèmes permettront de faire progresser les connaissances scientifiques à ce sujet.

Une région où il fait bon vivre

Selon l’Institut suisse de météorologie, 30 à 50 % de la population mondiale est météo-sensible. Si ce phénomène n’est pas chiffré au Québec, on sait que le climat nord-côtier est moins agressif pour le corps que celui des grandes agglomérations québécoises. Comme l’explique Robert Michaud, météorologue à Environnement et Changement climatique Canada, le taux d’humidité et les variations de température sont moindres sur la Côte-Nord.
Par exemple, la température moyenne à Baie-Comeau, en février, mois le plus froid de l’hiver au Québec, est de -12,7 °C. À la même période, elle est de -12,5 °C à Québec et de -10,3 °C à Montréal. En juillet, la température moyenne à Baie-Comeau augmente de 5,6 °C seulement, tandis qu’elle bondit de près de 10 °C à Montréal et à Québec.

Toutefois, la région n’est pas exemptée de risques, si l’on en croit l’application Blisly. Lors de notre test, effectué le jeudi 4 aout à 16 h, le risque était de niveau 4 à Baie-Comeau, soit le niveau maximum, pour les personnes atteintes de troubles cardiaques. En ce qui concerne les migraines, e risque était de niveau 3. En revanche, le risque était nul ou faible pour les autres maladies prises en compte par l’application. La température à ce moment- là était de 24°C et le taux d’humidité, de 65 %.

Météo-sensible?

Le terme météo-sensible désigne une personne qui ressent les effets de la météo sur son corps. C’est aussi un concept économique selon lequel la météo a une influence sur la consommation.

Les personnes qui étudient la météo-sensibilité sont des biométéorologistes. Au Québec, cette discipline est peu connue et la plupart des études sur le sujet sont réalisées par des chercheurs européens.

Fait à noter, cette application québécoise est une première dans le monde.

Partager cet article