La région gagne une première manche dans le dossier Intercar

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 10 août 2016
Temps de lecture :

Baie-Comeau – La Commission des transports du Québec accepte de réviser sa décision d’autoriser Intercar à modifier son horaire et à réduire son offre de service sur le tronçon Québec-Baie-Comeau. L’appel de la Ville de Baie-Comeau et de la MRC de la Haute-Côte-Nord a été entendu.

Le transporteur a obtenu, à la mi-juin, l’autorisation de revoir sa desserte à la baisse afin de réduire ses frais d’exploitation. En raison d’une diminution de passagers de 50 % en l’espace de 10 ans, le tronçon est déficitaire de 100 000 $ par année, allègue-t-il.

Depuis le 17 juillet, un aller-retour sur deux entre Baie-Comeau et la Vieille capitale est éliminé. Il n’y a plus de départ à 6 h 50 à partir du terminus du boulevard La Salle, ni de départ de la gare de Sainte-Foy à 17 h 15.

La Ville de Baie-Comeau a appris les intentions d’Intercar à peine quelques jours avant que la décision de la Commission des transports du Québec ne soit rendue. Le maire Claude Martel a rapidement dénoncé la réduction du service, tout comme la mairesse de Forestville et préfet de la MRC de la Haute-Côte-Nord, Micheline Anctil.
Les deux élus ont adressé une demande de révision à l’organisme provincial le 7 juillet, invoquant des faits nouveaux n’ayant pas été portés à son attention lors de la prise de décision. Le 2 août, la Commission a accepté de revoir sa décision.

Satisfaction

M. Martel et Mme Anctil sont évidemment très heureux de ce dénouement qui leur permettra de se faire entendre. Ils ont bien l’intention de défendre une couverture adéquate du territoire en services interurbains.

Le maire désapprouve l‘élimination d’un départ de Baie-Comeau. Les deux qui étaient offerts jusqu’à tout récemment sont trop importants, selon lui. L’horaire qui prévalait permettait un aller-retour le même jour entre les deux villes, ce qui n’est plus possible aujourd’hui.

Mme Anctil insiste sur l’impact de la diminution de service pour les populations de la Manicouagan et de la Haute-Côte-Nord. « Elle touche direction nos citoyens et je dirais nos citoyens les plus démunis », souligne celle qui se dit satisfaite que les deux MRC obtiennent au moins une voix auprès de la Commission des transports du Québec.

Les points d’arrêt

Au-delà de l’abolition d’un départ de Baie-Comeau et d’un départ de Sainte-Foy, c’est toute la question des points d’arrêt qui sera aussi défendue par les élus.

Depuis le 17 juillet, l’autocar d’Intercar ne fait plus d’arrêt à Longue-Rive. Les clients du village sont plutôt invités à monter à bord ou à en descendre à partir de l’une ou l’autre des localités voisines, soit Les Escoumins à 30 km plus à l’ouest ou Portneuf-sur-Mer à 23 km à l’est. Cela suppose qu’ils doivent compter sur de l’aide pour le transport.

« Le service minimum acceptable serait qu’Intercar offre le service sur réservation, sur demande et permette les arrêts à Longue-Rive, en plus de rétablir un tarif apparaissant au système d’achat de billet », écrit Pierre Renaud dans une lettre adressée à Mme Anctil, à titre de préfet de la Haute-Côte-Nord, au maire de Longue-Rive, Donald Perron, ainsi qu’à Intercar et à la Commission des transports du Québec.

M. Renaud, qui réside occasionnellement dans la municipalité désormais non desservie, intervient à titre d’utilisateur du service de transport par autocar.

Partager cet article