Les ainés demeurent propriétaires

Par Jacqueline Richer 12:00 AM - 28 novembre 2016
Temps de lecture :
Le taux de propriété est de 70 % sur la Côte-Nord [en 2006] pour les aînés de 65 ans et plus, un chiffre au-dessus de la moyenne provinciale, souligne Jude Brousseau, coordonnateur de la Table régionale de concertation des aînés de la Côte-Nord.

Le taux de propriété est de 70 % sur la Côte-Nord [en 2006] pour les aînés de 65 ans et plus, un chiffre au-dessus de la moyenne provinciale, souligne Jude Brousseau, coordonnateur de la Table régionale de concertation des aînés de la Côte-Nord.

Forestville – La majorité des aînés de la Côte-Nord vit encore en couple dans leur maison, selon les données colligées par l’Alliance en faveur de l’amélioration des conditions de vie des aînés.

« Le taux de propriété est de 70 % sur la Côte-Nord [en 2006] pour les aînés de 65 ans et plus », souligne Jude Brousseau, coordonnateur de la Table régionale de concertation des aînés de la Côte-Nord. Ce taux est significativement plus élevé sur la Côte-Nord qu’à l’échelle provinciale et place la région au cinquième rang parmi les 17 régions administratives.

Haute-Côte-Nord

Dans la Haute-Côte-Nord, les aînés propriétaires sont encore plus nombreux, avec une moyenne de 76,5 %. C’est à Colombier que les aînés possèdent le plus souvent leur logement à 88 %, alors que Forestville offre quant à elle le plus bas taux de propriété chez les aînés de la Haute-Côte-Nord, avec seulement 67 %.

Mentionnons qu’en MRC de La Haute-Côte-Nord, la plupart des personnes de 65 ans et plus vivent dans des maisons individuelles non attenantes. C’est à Colombier que le pourcentage est le plus élevé avec 89 %, et à Forestville qu’il est le plus faible avec 67 %.

Plusieurs logements dans la région, que les aînés en soient propriétaires ou locataires, avaient besoin de réparations majeures en 2006. « 10,8 % des logements avaient besoin de rénovations majeures, alors que c’est 5,7 % au Québec. Ça montre que la question de l’habitation est vraiment importante », lance M. Brousseau.

Conditions de vie

La majorité (64 %) des aînés de la région sont mariés ou vivent en union libre. Seuls 21 % sont veufs. Au total, 27 % des aînés vivent seuls. « Il y a des défis qui se présentent pour des personnes âgées qui vivent seules à 75 ans. Des défis d’adaptation et de modification de logements par exemple. Il n’y a pas de grosses résidences partout sur la Côte-Nord », indique Jude Brousseau.

Autre question d’importance, le revenu des 65 ans et plus de la région est moindre qu’à l’échelle du Québec pour deux des quatre divisions de recensement de la région selon les données de 2005. Près du tiers des personnes âgées de 65 à 74 ans avaient un revenu annuel de ménage de 20 000 $ ou moins. « Le revenu des aînés stagne, alors que le coût de la vie augmente », fait remarquer le coordonnateur de la Table régionale de concertation des aînés de la Côte-Nord.

Participation citoyenne

Les aînés représentent déjà 14 % de la population de la région, pourcentage qui devrait s’accroître dans les prochaines années. Quelque 70 % d’entre eux résident dans les MRC de Manicouagan et de Sept-Rivières. Cependant, ce sont les MRC de la Haute-Côte-Nord et du Golfe-du-Saint-Laurent qui possèdent la plus grande proportion de personnes aînées par rapport à leur population totale, soit respectivement 19,1 % et 17,6 %.

En 2011, 62,5 % des aînés de la Côte-Nord avaient une incapacité, légère dans la plupart des cas. Seuls 8,8 % des aînés ont une incapacité grave. L’agilité constitue le handicap le plus important, suivi par les problèmes de mobilité. Dans la MRC de La Haute-Côte-Nord, on constate que 1 365 personnes âgées vivent avec une incapacité.

Même si aucune donnée n’est disponible spécifiquement pour la région, on peut croire que les aînés continuent malgré tout de contribuer au développement des collectivités si on se fie aux données québécoises. En effet, près d’un aîné sur quatre effectuait du bénévolat dans la province en 2010. Les personnes âgées y consacrent également un plus grand nombre d’heures annuellement que les autres tranches d’âge, soit 200 heures en moyenne.

Sur la Côte-Nord, les aînés s’impliquent aussi plus souvent dans les organismes ou associations à but non lucratif. Près des deux tiers des personnes âgées de 65 à 74 ans ont participé à des activités ou des réunions de leur organisme au moins une fois par mois.

« Ce sont des gens très actifs… La grande majorité est en bonne santé et contribue positivement au développement des communautés de la Côte-Nord », conclut Jude Brousseau.

Partager cet article