Le dragage est commencé aux Bergeronnes

Par Jacqueline Richer 12:00 AM - 15 Décembre 2016
Temps de lecture :
Le dragage du quai de la Pointe-à-John se concrétise aux Bergeronnes. Photo courtoisie.

Le dragage du quai de la Pointe-à-John se concrétise aux Bergeronnes. Photo courtoisie.

Les Bergeronnes – La municipalité des Bergeronnes annonce le début des travaux de dragage au quai de la Pointe-à-John. Ces travaux, nécessaires à la poursuite des activités de la marina, s’effectueront au cours des prochains jours en fonction des conditions météorologiques.

La municipalité des Bergeronnes fait cheminer le dossier du dragage au quai de la Pointe-à-John depuis 2013. Ces trois années ont été utilisées, selon Francis Bouchard, maire de la localité, pour mener les études de bathymétrie, monter le plan d’affaires et obtenir les certificats d’autorisation de Transports Canada, du ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC) et de Pêches et Océans Canada.

Poursuite des travaux

Le quai de la Pointe-à-John nécessite un dragage récurrent en raison des spécificités de son fond marin. Tout comme en 2011, où une partie du chenal a été draguée, les travaux seront effectués par la firme Dragage Océan DSM qui a remporté l’appel d’offres lancé par la municipalité, maître d’œuvre du projet. Le travail demandé consiste à draguer la partie restante du chenal qui n’avait pu être faite en 2011. Les travaux, sous la recommandation du MDDELCC et de Pêches et Océans Canada, sont effectués à l’automne afin de limiter l’impact sur les mammifères marins et respecter le délai du 31 mars imposé par les organismes subventionnaires.

Partenariat

Le coût total des travaux se chiffre à 274 000 $. Ce montant sera payé en partie par la municipalité avec les sommes réservées au budget pour ce projet, qui proviennent du retour de taxes sur la construction du quai et la location de la marina par Croisières Essipit. La Première Nation des Innus Essipit, via le Ministère aux Affaires autochtones et du Nord Canada, contribue également au projet tout comme la MRC de La Haute-Côte-Nord. « Nous sommes très heureux que les travaux débutent. Nous avons en main tous les permis et autorisations nécessaires et l’assurance que le dragage sera effectué dans le respect de l’environnement maritime cher aux citoyens des Bergeronnes », a indiqué Lynda Tremblay, directrice-générale de la municipalité.

Partager cet article