Joany participe à L’amour est dans le pré

Par Shirley Kennedy 12:00 AM - 02 février 2017
Temps de lecture :
Joany a vécu une expérience unique à Jusqu’à présent, elle n’est pas déçue du montage final des émissions de cette 5e saison. Photo courtoisie.

Joany a vécu une expérience unique à Jusqu’à présent, elle n’est pas déçue du montage final des émissions de cette 5e saison. Photo courtoisie.

Forestville – Le retour de L’amour est dans le pré sur les ondes de V le jeudi 16 janvier dernier, a permis à Joany de Forestville (il n’est pas permis de divulguer son nom de famille) de se libérer d’un grand secret : elle est l’une des participantes de cette 5e saison. Après la diffusion de deux épisodes, cette jeune enseignante de profession, a accepté de raconter, sans dévoiler l’issue de la série, son expérience de la téléréalité.

C’était l’omerta à la résidence familiale de Joany depuis plusieurs mois déjà. Pour les besoins de la production, la participation de Joany à devait demeurer secrète jusqu’à la diffusion de la première émission. Inscrite sur un coup de tête, Joany affirme que ce sont plusieurs facteurs qui l’ont amenée à finalement se lancer dans l’aventure. « Mes amies me le disaient depuis longtemps. Elles disaient que j’avais la tête de l’emploi, que c’était mon genre. Je me suis dit: pourquoi pas ? »

D’autant plus que Joany a des racines d’agriculteurs puisqu’elle fait partie de la très grande famille Deschênes de Sacré-Cœur. Comme on l’a vu lors de la première émission, la séance de speed dating a été concluante pour Joany qui est passée à l’étape suivante, soit le séjour d’une semaine sur la ferme de Gabriel. « En général ça bien été, j’ai eu du plaisir, j’ai appris plein de choses et j’ai vécu une belle expérience. C’est unique et ça n’appartient qu’à moi. Puisque je viens d’une famille de cultivateurs, j’ai sûrement ça dans le sang. J’avais déjà vu du foin, des vaches mais de le vivre, c’est le fun ».

Aussi, elle n’a que de bons mots pour le candidat sur lequel elle avait jeté son dévolu lorsqu’elle a décidé de s’inscrire. « Il est gentil, il ne veut pas faire de mal à personne et il a été très respectueux ». Idem pour la production, pour laquelle Joany ne tarit pas d’éloges. « Lorsqu’on m’a annoncé que j’avais été choisie à la suite de l’entrevue, j’ai pleuré comme une enfant. C’était gros. J’hésitais, j’avais de sérieux doutes. Mais les gens de la production m’ont rassurée. Et même à mon arrivée là-bas pour le speed dating, ils nous prennent en charge, on ne se sent pas seuls et on peut communiquer avec eux à tout moment ».

En plus de vivre une nouvelle aventure, Joany a découvert le Québec, en parcourant les douze heures de route pour se rendre à Val-Paradis, au nord du Québec. « Ce n’est pas le même environnement qu’ici. Là-bas c’est vaste et plane ». Bien qu’il lui soit interdit d’entrer en contact avec qui que ce soit pendant la diffusion des émissions, elle s’y est fait des amies aussi. Parmi les concurrentes certes, mais aussi dans l’équipe de production. « On n’a pas le droit d’être en contact tant que c’est pas fini. Mais j’ai hâte de leur reparler à ces filles-là. Je n’ai pas d’ennemies, seulement des amies ».

Depuis son séjour à Val-Paradis en octobre dernier jusqu’à la diffusion de la première émission, Joany et sa famille sont passés par toute la gamme des émotions. Doutes, appréhensions liées au montage final, etc. « À ce stade-ci, tout le monde est content. Ma famille trouve que j’ai une bonne attitude et que ça s’annonce bien », raconte la jeune femme de 29 ans.

Autre fait rassurant, à l’issue de la première diffusion, Joany n’a reçu aucun commentaire négatif autant sur les réseaux sociaux que de la part de son entourage. « Je suis naturelle, ça fait partie de ma vie. Le but ce n’était pas de faire un scandale. Ils (la production) savaient que j’étais enseignante et que j’ai une réputation à maintenir. J’ai du caractère et quand ça fait pas, je le dis. Je ne me suis jamais sentie manipulée non plus ».

Bien que prévenue par l’équipe de la production que l’impact serait assez grand après la première diffusion, Joany ne réalisait pas que cela serait aussi intense. Elle a même pris l’initiative de changer son nom de profil Facebook parce que les demandes d’amis – de purs étrangers – ne cessaient d’affluer. « Je me fais aborder partout, partout. Au service à l’auto, à l’épicerie, au bureau de poste. Mais je réponds toujours la même chose: quand tout sera fini je pourrai en parler mais pas avant. Je leur réponds d’écouter l’émission s’ils veulent savoir. Au début je trouvais ça bizarre mais maintenant je suis habituée, à la limite ça me fait tout drôle ».

est l’une des téléréalités les plus populaires. Au cours des quatre dernières éditions, sept couples ont été formés et 12 bébés sont nés des unions concrétisées au cours de l’émission, dont la moyenne d’écoute hebdomadaire était de 697 000 téléspectateurs en 2016.

Partager cet article