Pas question d’attendre que le bateau coule

Par Shirley Kennedy 12:00 AM - 15 février 2017
Temps de lecture :

Portneuf-sur-Mer – Bien que Pêches et Océans en soit seulement à l’étape de consultation, certains pêcheurs de la Haute-Côte-Nord ne voient pas d’un bon œil la démarche du fédéral.

« Ils disent qu’ils consultent mais après nous n’aurons plus de recours », dit Steeve Dubé, propriétaire avec ses deux frères Pierre et Frank, de deux bateaux de pêche dont 95 % des prises proviennent de la zone E-1. « Ce sont les pêcheurs de Portneuf-sur-Mer qui sont les plus en danger par ce processus-là parce que c’est dans ce secteur-là qu’on pêche, ajoute-t-il. Si la zone E-1 devient aire marine protégée, nous devrons changer de port d’attache et aller soit aux Escoumins, Baie-Comeau ou Rimouski ».

Par l’entremise de leur entreprise, Les Pêcheries Dubé, les frères Dubé travaillent à la rédaction d’un mémoire qui doit être déposé au plus tard le 6 avril prochain. Pour eux, pas question d’attendre avant de réagir, c’est la survie même de leur entreprise qui est en jeu. Et si Pêches et Océans respecte l’échéancier qu’il s’est fixé, le processus risque d’évoluer assez rapidement. Dès l’automne prochain, les recommandations seront faites et l’application est prévue dès 2018.

Partager cet article