Une jeune maman lance une pétition

Par Karianne Nepton-Philippe 12:00 AM - 24 février 2017
Temps de lecture :

Les Escoumins – Une pétition circule sur Internet depuis le 9 décembre 2016 afin de demander une définition de standards québécois des salles de changement pour les personnes handicapées. Marie-Ève Morneau des Escoumins, est impliquée puisque ses jumelles Norah et Alexia sont atteintes de neuropathie sensitivomotrice avec agénésie du corps calleux, une maladie neuromusculaire héréditaire et dégénérative.

Concrètement, la pétition demande des salles de changements adaptées pour les personnes étant trop grandes pour les tables à langer pour bébé. Les endroits publics sont ciblés, tels que les hôpitaux, les centres commerciaux et les haltes routières.

Présentement, les mères doivent changer leur enfant sur des tables trop petites, en plus d’être devant des étrangers, ce qui est beaucoup moins agréable pour les plus âgés. « C’est moins pire quand on est bébé, mais plus vieux, l’enfant a conscience de se faire changer devant tout le monde », mentionne Marie-Ève qui vit cette situation avec ses deux filles. Cette dernière s’est associée avec plusieurs mères au Québec qui demandent au gouvernement une loi pour avoir des installations adéquates. En effet, la salle de changement idéale offrirait une grande table à langer, un lève-personne, une toilette et de la place pour se déplacer avec un fauteuil ou une marchette. Présentement, sur les tables à langer ordinaires dans les toilettes publiques, les jambes des petites filles de Mme Morneau dépassent l’installation. Les seules autres options qui s’offrent à elle sont : changer la couche de l’enfant sur le sol des toilettes ou dans leur voiture. « Je ne peux pas vraiment attendre mon retour à la maison, on est souvent appelés à des rendez-vous extérieurs », explique la maman.

Un concept existant

Ce concept de salles de changements existe déjà au Royaume-Uni depuis plus de dix ans. Ce que les mères d’enfants aux prises avec un handicap aimeraient, ce serait d’importer le concept au Québec, que ce soit dans les hôpitaux, les centres commerciaux ou les haltes routières. Et pour faire bouger les choses, les gens peuvent se rendre sur le Facebook Salles de changement au Québec / Changing Places Québec et signer la pétition avant le 14 mars 2017 sur le site de l’Assemblée Nationale du Québec. Un lien de cette pétition est d’ailleurs sur le Facebook Salles de changement au Québec.

Partager cet article