Un comité citoyen voit le jour

Par Karianne Nepton-Philippe 12:00 AM - 29 mars 2017
Temps de lecture :

Les Escoumins – Un comité citoyen est né aux Escoumins. Formé de résidents de la municipalité issus de tous les milieux, qui désirent partager leurs idées ainsi que leurs projets de même que ceux qui leur seront soumis par la population en général, ce dernier a tenu sa première rencontre publique le 22 mars dernier.

C’est un groupe de huit amis qui ont décidé de lancer leur projet de former un comité citoyen. L’idée est venue dans la tête de ceux-ci après la tournée « Faut qu’on s’parle » avec, entre autres, Jean-Martin Aussant et Gabriel Nadeau-Dubois, qui s’était déroulée durant l’automne et une partie de l’hiver partout au Québec. Ils étaient quelques personnes à les avoir accueillis aux Escoumins lors d’une assemblée de cuisine. « À la suite de cette rencontre, nous avions parlé entre nous du fait que ce serait intéressant de s’impliquer », explique Marie-Ève Théberge. Cette dernière souligne qu’elle désirait trouver une formule intéressante avec laquelle les gens pourraient s’impliquer et s’exprimer d’avantage. Le but étant de permettre à tous de discuter des enjeux et des sujets qui les touchent et ainsi trouver soit des projets ou des activités à développer ou des pistes de solutions à des problématiques.

La municipalité

Le conseil municipal des Escoumins voit d’un bon œil cette initiative citoyenne, une première en Haute-Côte-Nord. Il y a quelques mois, des représentants de ce comité en devenir ont participé à la séance du conseil municipal afin de les informer de la démarche. Depuis, une personne du comité est déléguée aux réunions mensuelles afin de se tenir au courant des développements au sein de la municipalité. « Nous essayons de garder un lien avec le conseil municipal sans être un organe de la municipalité. Nous sommes un comité bénévole », précise Mme Théberge.

Tous les sujets possibles

Quatre thèmes ont été présentés le 22 mars, soit l’environnement (covoiturage, compostage, économie de carburant), le milieu de vie (lieux de rassemblements, traverses sécuritaires, route 138), l’économie (écotourisme, diversité touristique, nature riche) ainsi que la culture (art public, cinéma, marché publics, galerie d’art). « Ce n’est parce que le milieu de vie est beau qu’on ne peut pas faire mieux », ajoute Marie-Ève Théberge qui s’intéresse au développement. À partir de maintenant, une période de recrutement est en cours. Il y aura une rencontre par mois, soit le 4e lundi de chaque mois.Le maire des Escoumins, André Desrosiers, était présent au 5 à 7 dans le but de donner son appui aux citoyens qui ont pris cette initiative. « Mon objectif est de créer un beau mode de vie toujours en pensant au développement. Bien sûr nous serons là pour leur projet si nous pouvons l’aider », déclare-t-il.

 

Partager cet article