La Municipalité de Longue-Rive fait le point

Par Shirley Kennedy 12:00 AM - 26 mai 2017
Temps de lecture :

Longue-Rive – Le maire de Longue-Rive, Donald Perron, confirme que des irrégularités ont été commises, « dues à un manque de rigueur » par l’ex-directrice générale de la Municipalité, Hélène Boulianne, en regard de ses fonctions et de son code de déontologie.

C’est la firme de vérificateurs externe, Raymond, Chabot qui a soulevé des irrégularités au niveau de la perception des comptes de taxes, dans sa vérification annuelle et qui en a avisé le maire de Longue-Rive. « Ils m’ont demandé un mandat ferme pour aller plus loin et sans plus attendre je leur ai donné. Après avoir examiné et fouillé les comptes de taxes de tous les employés, de leur famille immédiate, de même que les comptes de taxes et les dépenses de tous les élus jusqu’à la vérification des comptes fournisseurs, ils ont constaté que la directrice générale n’avait pas payé ses taxes municipales depuis plus de trois ans ».

Par la suite, le conseil municipal a informé la personne concernée qui a pris une entente de paiement immédiatement. « Bien entendu, elle n’avait plus la crédibilité pour exercer ses fonction avec toute l’éthique que cela impose et exiger à d’autres de payer leurs arrérages de taxes. Elle a donc donné sa démission immédiatement qui a été acceptée par le conseil, ajoute M. Perron, précisant que le fait de ne pas payer ses taxes n’est pas illégal en soit. Elle n’est pas la seule à avoir des comptes de taxes en retard, il n’y a pas là matière à poursuite. Si c’était le cas, il y en aurait plusieurs en cause et les journaux seraient pleins ».

Donald Perron confirme que le mandat plus approfondi donné à la firme Raymond, Chabot a coûté environ 10 000 $ à la Municipalité et a duré presqu’un an. « Je n’avais pas le choix, il fallait aller au fond des choses, mais maintenant il faut regarder en avant », a dit M. Perron, ajoutant que contrairement à ce qui est véhiculé, Madame Boulianne n’a pas fraudé la Municipalité, n’a pas reçu de pots de vin, ne s’est jamais servi des biens de la Municipalité pour des fins personnelles ».

Le maire de Longue-Rive avoue que le poste de direction générale d’une Municipalité est un poste-clé qui demande une éthique irréprochable au terme de la transparence et de l’intégrité. L’appel de candidatures pour le remplacement de Mme Boulianne est présentement affiché.

D’ici là, l’intérim est assuré par France Brassard qui a refusé le poste de direction. Chantale Otis, l’ex-directrice générale de la Municipalité des Escoumins agit à titre de consultante en appui à Madame Brassard puisque le changement s’est fait très rapidement. De son côté Madame Boulianne a exprimé ses plus grands regrets face à ses gestes, commis « de son propre chef », sans implication aucune de son conjoint ou de membres de sa famille.

Partager cet article