Tadoussac s’entend avec Croisières AML

Par Shirley Kennedy 12:00 AM - 19 juillet 2017
Temps de lecture :

Tadoussac – La séance ordinaire du conseil municipal de Tadoussac a été très mouvementée le 12 juillet dernier, alors que la salle a été assaillie par des citoyens, hôteliers, gens d’affaires et employés de la compagnie AML , en vue de l’adoption d’une résolution concluant une entente formelle d’usage exclusif du quai de Tadoussac avec AML pour une période de dix ans renouvelable à raison de 100 000 $ par saison de frais de location.

Le débat se situait majoritairement autour de l’utilisation de la passerelle, qui en devenant exclusive à AML, écarte toute utilisation possible pour un tiers, croisiériste ou non. Seuls la Garde Côtière, le parc Marin pour les embarcations de recherche scientifique et les croisières internationales et fluviales pourront utiliser l’infrastructure pour les dix prochaines années.

Une entente que désapprouve une partie des citoyens, dont André Tremblay et Didier Épars, respectivement propriétaires de l’Auberge de jeunesse et de la goélette Grosse-Île, dernière goélette navigable en mer qui offre des excursions depuis peu.

Cette entente de 100 000 $ par saison pour une période de dix ans renouvelable a été conclue après deux ans de négociations entre AML et le conseil municipal. Le seul croisiériste à Tadoussac s’engage à investir 300 000 $ dans une nouvelle passerelle et un ponton mobile qui seront installés sur la façade sud du quai pour la saison 2018, selon l’entente conclue qui a finalement été adoptée après le vote à 6 conseillers contre 4. La conseillère Myriam Therrien a voté contre l’adoption de l’entente tandis que la conseillère Marilyne Gagné s’est abstenue.Le maire de Tadoussac Hugues Tremblay, confirme que cette entente permettra la création d’un fonds de roulement pour assurer la pérennité de cette infrastructure cédée par le gouvernement fédéral à la Municipalité en 2011.

Le propriétaire des Croisières AML, Yan Hamel, supporté par une quinzaine d’employés, était sur place. L’homme d’affaires a justifié cette entente à long terme, alléguant la bonne foi de son entreprise et la nécessité de bénéficier d’un bail sur dix ans à titre d’argumentaire auprès des institutions financières. « Nous avons négocié de bonne foi, on a seulement maintenu nos acquis puisque ça fait 5 ans que nous avons un bail exclusif », a dit M. Hamel. Joëlle Pierre, citoyenne de Tadoussac, a déploré la façon de faire du conseil municipal, compte tenu que l’entente n’obtient visiblement pas l’acceptabilité sociale de la communauté. La propriétaire de l’Auberge Gagné, Claire Gagné, a louangé Croisières AML, signifiant à l’assistance que l’entreprise représente le fer de lance du tourisme à Tadoussac.

Paulin Hovington de la Maison Hovington a exprimé son point de vue, estimant que cette entente est acceptable et signifiant que le quai est un instrument de développement économique de premier ordre pour Tadoussac.

André Tremblay, propriétaire de l’Auberge de jeunesse a mentionné que les 669 citoyens qui ont signé la pétition en 2011 en faveur de l’acquisition du quai par la Municipalité, l’avaient fait pour que celui-ci demeure propriété de tous les citoyens et non d’une seule et même entreprise refusant d’en partager l’accès.

Une partie de la quinzaine d’employés des Croisières AML présents dans la salle ont exprimé leur solidarité envers Croisières AML et Yan Hamel, soulignant « que Croisières AML c’est une bonne entreprise et que Monsieur Hamel est un bon patron qui offre de bonnes conditions à ses employés ».

Partager cet article