Déboisement des emprises de la ligne Micoua-Saguenay – Hydro-Québec invite les entreprises à faire des maillages

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet
Déboisement des emprises de la ligne Micoua-Saguenay – Hydro-Québec invite les entreprises à faire des maillages
Claude Sylvain et Claude Labonté, d’Hydro-Québec, ont dévoilé le plan de match en matière de travaux de déboisement et de génie civil liés au projet de ligne à 735 kilovolts entre les postes Micoua et Saguenay. (Photo : Le Manic)

Baie-Comeau – Hydro-Québec s’apprête à lancer les premiers appels d’offres pour les contrats de déboisement et de construction de chemins d’accès dans le cadre du projet de ligne à 735 kilovolts (kV) entre les postes Micoua et Saguenay. Dans cette foulée, une activité de maillage a été orchestrée à Baie-Comeau, jeudi, pour favoriser le maillage entre des entreprises de la Côte-Nord.

Orchestrée par la Chambre de commerce de Manicouagan et la Chambre de commerce de CFPL (Colombier, Forestville, Portneuf-sur-Mer et Longue-Rive) à la suggestion d’Hydro-Québec, la rencontre a réuni une vingtaine de représentants d’entreprises spécialisées dans le déboisement et le génie civil intéressées par les travaux à venir.

Faut-il rappeler que le projet de 690 M$ d’Hydro-Québec (incluant les travaux aux deux postes) vise à assurer la fiabilité de son réseau de transport. Dans le plan de match qu’elle a présenté, les 262 km de ligne à déboiser, dont environ la moitié sur la Côte-Nord et l’autre moitié au Saguenay, sont divisés en 10 lots, eux aussi partagés à parts égales entre les deux régions.

Comme l’a mentionné Martine Lapierre, responsable du projet de la ligne Micoua-Saguenay chez Hydro-Québec, les travaux de déboisement de l’emprise de la ligne et la construction de chemins d’accès pourraient s’amorcer en août ou en septembre. Les autorisations définitives pour la construction de la ligne sont attendues incessamment.

Envergure des lots

Selon les estimations, la valeur des lots variera de 3 à 5 M$ jusqu’à 5 à 10 M$ selon l’envergure des travaux à réaliser sur des distances oscillant entre 14 et 41 km. Certains seront négociés avec les communautés autochtones du territoire et d’autres feront l’objet d’appels d’offres régionaux et provinciaux.

Dans sa planification, Hydro-Québec prévoit la fin des travaux de déboisement et de chemins d’accès pour le milieu de l’été 2020 afin de lancer alors les travaux de construction de la ligne qui s’échelonneront jusqu’à la mise en service prévue en 2022.

Aucune clause de sous-traitance régionale ne fait partie du projet. Les entreprises de la Côte-Nord sont invitées à s’associer pour avoir la possibilité de soumissionner sur des contrats.

Santé et sécurité

La société d’État a averti les gens présents à la rencontre que la performance en santé et sécurité au travail des entreprises qui répondent à ses appels d’offres allait être prise en compte. Ainsi, le plus bas soumissionnaire pourrait ne pas être retenu en fonction de ses statistiques en santé et sécurité.

Hydro-Québec se dit prête à payer un peu plus cher pour avoir une entreprise détenant une meilleure feuille de route dans ce domaine.

Claude Sylvain et Claude Labonté, d’Hydro-Québec, ont dévoilé le plan de match en matière de travaux de déboisement et de génie civil liés au projet de ligne à 735 kilovolts entre les postes Micoua et Saguenay.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des