La Côte-Nord se mobilise en matière de maltraitance envers les enfants

Par Journal Haute Côte Nord
La Côte-Nord se mobilise en matière de maltraitance envers les enfants
Le Centre des congrès s’anime aujourd’hui et demain par la présence de près de 120 intervenants en petite enfance. Ils proviennent de divers milieux.

Près de 120 intervenants provenant de divers milieu sont réunis au Centre des congrès de Sept-Îles jusqu’à demain (14 novembre) pour prendre part à un événement régional en matière de maltraitance envers les enfants. Avec un taux trois fois plus élevé que celui du Québec, une telle mobilisation prend tout son sens.

Collaboration spéciale Éric Martin

Organisé par Éclore Côte-Nord, cet événement régional cherche à transmettre des connaissances aux divers intervenants œuvrant en petite enfance (0 à 5 ans) sur l’ensemble du territoire. « On veut mieux les outiller pour prévenir la maltraitance. Les ateliers vont dans ce sens. On en fait notre objectif principal », lance la présidente de l’organisme, Denise Langevin.

En cet avant-midi, un portait assez complet des enfants nord-côtiers a été présenté par Fannie Dagenais de l’Observatoire des tout petits. Il en ressort que trois régions sont défavorisées au Québec, soit le Nord-du-Québec, la Côte-Nord et la Gaspésie.

« Oui, on est rassuré sur certains sujets où il y a diminution. Cependant, le fort taux de violence conjugale et le fort taux de consommation nous préoccupent grandement. Ce sont là deux facteurs importants de maltraitance », enchaîne Mme Langevin.

À plusieurs reprises, il été fait mention de la pauvreté des familles et de leur monoparentalité en tant que facteur aggravant de maltraitance envers les enfants.

« Sur notre territoire, on retrouve également un pourcentage plus élevé de logements nécessitant des réparations majeures », ajoute-t-elle.

Pour en arriver à ces résultats, plusieurs facteurs ont été pris en considération tels que l’environnement familial et physique, le niveau de scolarité des mères, l’insécurité alimentaire et le stress parental.

De plus, 65% des signalements à la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) proviennent d’une famille dans laquelle un parent est sans revenu. Dans la région, de récentes données (2018) indiquent que près de 50% des enfants de 0 à 5 ans sont en service de garde plus de 35 heures par semaine.

Actif depuis 2014, Éclore Côte-Nord est un comité réunissant des partenaires ayant le même idéal, c’est-à-dire l’épanouissement de la petite enfance sur la Côte-Nord.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des